/entertainment/shows
Navigation

En audition à l’ère de #MoiAussi

En audition
Photo courtoisie Simon-Olivier Fecteau dans la websérie En audition avec Simon.

Coup d'oeil sur cet article

Pour marquer son retour après six années d’absence, En audition avec Simon s’attaque – avec humour – au sujet chaud des derniers mois : le mouvement de dénonciation #MoiAussi.

Le premier épisode, qui sera mis en ligne mardi prochain sur ICI Tou.tv, montre Magalie Lépine-Blondeau en plein tournage d’une capsule éducative destinée aux enfants de 3 à 12 ans. Les choses prennent une tournure inattendue quand l’actrice réalise qu’elle doit jouer le rôle d’une prédatrice sexuelle qui abuse d’un lézard en peluche. Le tout, en gardant son propre nom. La comédienne proteste, mais Simon-Olivier Fecteau, toujours aussi convaincant en réalisateur fendant, intransigeant et manipulateur, ne veut rien entendre.

Particulièrement réussi, le sketch comporte également une comptine qui pourrait devenir aussi virale que J’ai frenché Julie Le Breton, cette célèbre phrase qui avait propulsé la websérie en 2010.

Humour mononcle ?

Parlant du célèbre épisode mettant en vedette Julie Le Breton, Simon-Olivier Fecteau ne croit pas qu’il serait bien accueilli en 2018. En raison des nombreux scandales d’inconduite sexuelle qui éclaboussent les milieux artistiques hollywoodien et québécois depuis cet automne, l’histoire d’un réalisateur qui convoque une comédienne en audition juste pour pouvoir l’embrasser risquerait effectivement d’en faire grimacer plusieurs.

« Ça passerait difficilement, indique Simon-Olivier Fecteau en entrevue. L’humour a changé. L’arrivée du mouvement #MoiAussi a changé les choses. Ç’a aussi fait changer notre perception de certaines blagues, qui font beaucoup plus “mononcle” aujourd’hui. Il faut s’ajuster. »

L’auteur et réalisateur d’En audition avec Simon ne parle pas de censure, mais plutôt d’évolution. « Ça nous force à réfléchir encore plus, à approcher cette nouvelle société d’une autre façon. »