/sacchips/zoneassnat
Navigation

[VIDÉO] Jean-François Lisée n’avait «pas de questions» pour le premier ministre à la période des questions

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée
Photo Simon Clark Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée

Coup d'oeil sur cet article

Alors qu'il n'a toujours pas obtenu de réponse du premier ministre Philippe Couillard concernant la conception de matériel roulant électrique, le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a entamé la séance de l’Assemblée en ne posant... aucune question!

Invité à expliquer son geste, M. Lisée a indiqué au journaldequebec.com que «les échecs du gouvernement libéral en électrification [train, Peugeot-Citroën, autobus] sont tellement évidents qu’ils n’appellent pas de questions».

Lorsqu’il a pris la parole mercredi, le chef de l’opposition officielle a rappelé que le premier ministre n’avait toujours pas dit où seraient construits les trains du Réseau électrique métropolitain (REM), exposant que ce ne serait pas au Québec.

Il a aussi déploré que le gouvernement aille «tirer la plogue» sur un projet d’usine d’assemblage à Bromont, que seulement 1 % des autobus scolaires au québec sont électriques et qu’au lieu d’aider l’usine d’autobus électriques de Saint-Jérôme, le gouvernement a plutôt «décidé de donner un avantage supplémentaire aux autobus au diesel construits en Géorgie et aux États-Unis».».

Il a terminé son intervention en déclarant: «Trois dossiers où on pouvait avancer sur le matériel roulant électrique au Québec, trois dossiers où le gouvernement libéral échoue, n'a rien à présenter, préfère l'étranger à la construction québécoise. Je n'ai même pas de questions.»

«Malgré tout, donnez-nous une réponse, monsieur le premier ministre», a demandé le président de l’Assemblée nationale, Jacques Chagnon.

Ne sachant «plus quoi faire», le premier ministre a suggéré à son rival de «travailler [ses] finales un petit peu».