/sports/tennis
Navigation

Chute survenue aux Internationaux des États-Unis: Eugenie Bouchard devant le tribunal

Eugenie Bouchard
Photo AFP Eugenie Bouchard

Coup d'oeil sur cet article

La Québécoise Eugenie Bouchard a témoigné mercredi à New York devant une cour fédérale américaine, dans le cadre du procès l’opposant aux dirigeants de la fédération américaine de tennis, l’USTA.

L’athlète de 23 ans a présenté ses arguments pendant un peu plus d’une heure, d’après le quotidien New York Times.

Détentrice du 116e rang du circuit de la WTA, Bouchard tente de démontrer à la cour que l’USTA et les employés du centre de Flushing Meadows sont responsables de sa chute survenue à l’intérieur d’un vestiaire en septembre 2015, après un match aux Internationaux des États-Unis. La représentante de l’unifolié avait glissé sur une surface glissante, subissant une commotion cérébrale.

Devant la cour, la principale concernée a réfuté les mots de l’USTA qui prétend que les joueurs ne sont pas autorisés à se retrouver dans la salle d’entraînement sans la présence d’un instructeur. De plus, son avocat a tenté de prouver qu’aucune règle à cet égard n’existe.

La partie défenderesse a répliqué en affirmant que la Canadienne n’avait pas averti les employés de l’USTA qu’elle allait revenir dans le vestiaire et qu’elle s’y est présentée plusieurs minutes après la fin de son match.

Par ailleurs, à l’occasion du procès, aucun membre du personnel d’entretien du centre new-yorkais n’a mentionné au tribunal qu’il avait nettoyé le plancher du vestiaire où se trouvait Bouchard. Le New York Times a aussi indiqué qu’une autre employée avait déclaré qu’elle était enceinte lorsque les faits sont survenus et qu’elle ne pouvait utiliser des produits chimiques.

La blessure de Bouchard l’avait contrainte à déclarer forfait à des tournois subséquents – ceux de Tokyo et de Wuhan – et à abandonner lors d’un duel de premier tour à Pékin. Également, l’ancienne numéro 5 mondiale n’a cessé de perdre des échelons à la suite de cet incident.