/news/society
Navigation

Québec veut simplifier la vente d’alcool

Un projet de loi déposé pour faciliter la vie des restaurateurs et des consommateurs

permis alcool
Photo Simon Clark Le premier ministre Philippe Couillard, le ministre de la Sécurité publique Martin Coiteux et le député André Drolet ont pris un bain de foule au restaurant-pub D’Orsay pour rencontrer les membres de l’industrie de la restauration de Québec, mercredi.

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Couillard a déposé son projet de loi pour moderniser la loi sur les permis d’alcool, ce qui permettra aux enfants d’accompagner un adulte sur une terrasse jusqu’à 23 heures.

Depuis près de 20 ans, l’industrie de la restauration, des bars et du tourisme attend la modernisation des dispositions législatives en matière de boissons alcooliques.

«Avoir cette nouvelle réglementation va simplifier vos vies», a mentionné le premier ministre Philippe Couillard lors d’un bain de foule avec les gens de l’industrie de la restauration à Québec.

Le gouvernement espère adopter ce projet de loi avant l’été afin que les citoyens et les touristes puissent profiter de ces nouveaux avantages. Il espère que ce projet de loi sera adopté rapidement à l’unanimité, alors que des consultations particulières ont été réclamées par le Parti québécois.

Ainsi, les mineurs accompagnés d’un adulte pourront rester sur les terrasses où il se vend de l’alcool jusqu’à 23h.

«Effectivement, c'est le genre de chose qu'on veut changer (...) Que ce soit pour manger ou prendre un verre», a affirmé le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, qui présente ce projet de loi, admettant que certaines prémisses de la Loi en vigueur datent de la prohibition. Ainsi, plusieurs autres changements sont aussi à prévoir (voir à la fin du texte).

permis alcool
Photo Simon Clark

Moins d’argent

Avec ce projet de loi, le gouvernement accepte de recevoir moins d’argent de la part des restaurateurs, surtout avec l’ajout d’un permis saisonnier et unique. «C’est un investissement. On va recevoir moins en permis, mais c’est un secteur qui avait besoin d’investissement et l’attention du gouvernement», a souligné le ministre qui espère que les restaurateurs pourront en sentir les effets de la loi dès le début de la saison estivale.

C’est à la demande du premier ministre que le député de Jean-Lesage, André Drolet, a chapeauté les démarches de ce projet de loi. «Je suis bien fier. L’industrie a été respectée en général», a-t-il dit.

Industrie heureuse et Éduc'alcool en colère

L’ensemble des membres de l’industrie de la restauration rencontrée par le Journal a accueilli positivement le dépôt de ce projet de loi. «C’est une excellente initiative et une excellente nouvelle. Évidemment, on souhaite qu’il soit adopté d’ici la fin de la session», a indiqué Martine Hébert de la fédération des entreprises indépendantes.

«C’est irresponsable, c’est à la limite criminel, et je pèse mes mots.»

– Hubert Sacy, directeur général d'Éduc'alcool.

De son côté, le directeur général d’Éduc'alcool, Hubert Sacy, est en furie. Il demande depuis longtemps une formation obligatoire pour tous les serveurs d’alcool pour réduire la conduite avec les facultés affaiblies. Or, le projet de loi réclamera une formation qu’aux détenteurs d’établissement.

«On constate avec stupéfaction que le ministre Coiteux a cédé au lobby des restaurateurs (...) C’est irresponsable, c’est à la limite criminel, et je pèse mes mots», a dénoncé M. Sacy.

Quelques changements prévus dans le projet de loi

  • Possibilité de vendre et de servir de l’alcool sans consommer d’aliments
  • Présence admise de mineurs avec des parents sur une terrasse jusqu’à 23h, au lieu de 20h
  • Les heures de vente des boissons alcooliques à compter de 7h le matin au lieu de 8h 
  • Création d’un permis saisonnier
  • Permets à une personne qui n’a pas la citoyenneté canadienne d’obtenir un permis d’alcool si elle a un permis de travailler au Québec