/sports/jo
Navigation

Patinage de vitesse: le Canada décroche le bronze au relais masculin

Charle Cournoyer, Pascal Dion, Samuel Girard et Charles Hamelin
Photo Didier Debusschère Charle Cournoyer, Pascal Dion, Samuel Girard et Charles Hamelin

Coup d'oeil sur cet article

GANGNEUNG | La médaille de bronze remportée jeudi par l’équipe canadienne au relais masculin ne brillait pas pour sa couleur aux yeux de Charles Hamelin. En montant sur son cinquième podium olympique en carrière, ce fut là sa dernière occasion de laisser ses empreintes pour de bon sur le patinage de vitesse.

Disqualifié dans les trois épreuves individuelles à ces Jeux de Pyeongchang, Hamelin a trouvé son bonheur au dernier jour des épreuves de courte piste avec la complicité de Charle Cournoyer, Pascal Dion et Samuel Girard. À l’issue de la finale marquée par la chute des Coréens, la Hongrie et la Chine ont gagné respectivement les médailles d’or et d’argent, laissant le pays hôte au pied du podium.

« Quitter avec une médaille, c’est le dernier souvenir que tu gardes. C’est le fun pour nous de revenir à la maison avec une médaille, tous les gars ensemble. On va célébrer aujourd’hui, ce soir, puis demain, puis après-demain, jusqu’à temps de revenir à Montréal », a commenté le patineur de 33 ans, sans besoin de nous convaincre.

Charle Cournoyer, Pascal Dion, Samuel Girard et Charles Hamelin
Photo Didier Debusschère

À deux tours de l’or

On a cru à un résultat différent jusqu’aux deux derniers des 45 tours à jouer. Depuis la chute des Coréens à la mi-course, c’était devenu une affaire à trois pays, et Hamelin avait procuré l’avance aux siens avec neuf tours à écouler. Mais avec moins de 250 mètres, une collision entre Samuel Girard et un patineur coréen dans la zone d’échange a cependant fait perdre de la vitesse au jeune patineur québécois et provoqué un mauvais relais de la part d’Hamelin.

Les Hongrois ont alors pris la tête de la course, puis dans le dernier tour, Girard s’est fait doubler par un Chinois. « Cette médaille de bronze, on a le sentiment qu’il s’agit d’une médaille d’or. Le travail qu’on a fait, c’est immense », a exprimé Charle Cournoyer, comme pour résumer tout le travail accompli depuis quatre ans pour faire oublier la sixième place aux Jeux de Sotchi.

Charle Cournoyer, Pascal Dion, Samuel Girard et Charles Hamelin
Photo Didier Debusschère

« On peut juste être fier »

Le relais masculin avait remporté deux médailles d’or et une de bronze aux quatre Coupes du monde présentées avant Noël. Dans son rôle évident mais non avoué de patron de l’équipe, Hamelin s’en va avec la satisfaction d’avoir laissé une éthique de travail.

« Le travail qu’on a mis dans le relais au cours des dernières saisons, ce n’est personne qui a pris des décisions pour changer les choses. Ce fut une décision de groupe. On s’est regardé dans le blanc des yeux et on s’est dit les vraies choses. On a voulu apprendre de chacun. On a été critique les uns envers les autres. C’est ce qui a donné les résultats qu’on a. On peut juste être fier de ce qu’on a accompli aujourd’hui. »

Charle Cournoyer, Pascal Dion, Samuel Girard et Charles Hamelin
Photo Didier Debusschère

La fin réelle à Montréal

Charles Hamelin ne fait pas ses adieux aux Jeux olympiques les mains vides. Sa collection personnelle s’est enrichie, mais la relève qui lui succédera l’a remercié pour son influence qu’il lègue.

« Vivre ses derniers Jeux avec Charles et le voir aller chercher sa cinquième médaille, c’est un moment dont on va se rappeler toute notre vie », a avoué Samuel Girard, qui avait terminé quatrième à la finale du 500 m une heure plus tôt.

La banque d’émotions du doyen de l’équipe canadienne n’a pas été mise à sec en Corée. Elle le sera sans doute au terme des championnats du monde, à Montréal, du 16 au 18 mars.

Un bonheur partagé avec son frère

Laissé de côté en demi-finale et en finale, le nom de François Hamelin n’apparaîtra pas dans l’histoire pour cette médaille de bronze olympique, mais le témoignage de son frère Charles valait une autre sorte de récompense.

« La première chose que j’ai faite a été d’aller serrer mon frère dans mes bras parce qu’il fait partie de cette équipe-là, lui aussi.  C’est un sentiment que je devais aller vivre avec lui. Mon frère, j’ai vécu ma vie au complet avec lui. Trois Jeux olympiques, c’est quelque chose d’unique et d’indescriptible. On n’aurait jamais pu espérer ça en tant que frères. C’est arrivé comme un conte de fées. On a vécu ça ensemble comme des coéquipiers, comme des frères, comme des amis, à tous les niveaux », l’a salué Charles.

Finale Relais 5000 m

Résultats

1. Hongrie, 6 m 31,971 s (record olympique)

2. Chine, 6 m 32,035 s

3. Canada (C. Cournoyer, P. Dion, J. Girard, C. Hamelin), 6 m 32,282 s

4 .Corée, 6 m 42,118 s

Finale 500 m Hommes

Résultats

1. Dajing Wu, Chine, 39,584 s (record du monde)

2. Daeheon Hwang, Corée, 39,854 s

3. Hyojun Lim, Corée, 39,919 s

4 .Samuel Girard, Canada, 39,987 s