/sports/opinion/columnists
Navigation

Walter Sieber: premiers Jeux ratés depuis 1972

Walter Sieber
Photo d’archives Walter Sieber n’avait pas manqué une seule édition des Jeux d’été et d’hiver depuis ceux de 1972, en Autriche.

Coup d'oeil sur cet article

PYEONGCHANG | Walter Sieber est sans doute la personnalité la plus connue et la plus influente, avec Dick Pound, de l’olympisme canadien.

Walter Sieber siège à différents comités du CIO ou même à l’exécutif depuis des décennies. Il n’avait pas manqué une seule édition des Jeux d’été et d’hiver depuis 1972, en Autriche. Il avait été le grand patron des sports aux Jeux de Montréal.

À Salt Lake City, j’ai été le premier journaliste à obtenir une entrevue avec le président du CIO Jacques Rogge. Quand j’étais sorti de son bureau, Joe Lapointe du New York Times attendait son tour. Qui pensez-vous m’avait organisé cet entretien privé ? Walter Sieber.

L’homme, toujours en forme et actif à 76 ans, rate les Jeux de Pyeongchang. Walter est un Suisse, donc il cherche la paix. Il se contente de dire qu’il est resté à la maison parce que Tricia Smith et son entourage voulaient inviter des gens moins expérimentés en Corée. Question de leur donner un bain d’olympisme.

Et pour Tokyo. C’est déjà réglé. C’est M. Sieber qui sera responsable du tournoi de soccer tant pour la FIFA que pour le CIO. Tricia va pouvoir amener un p’tit jeune au Japon.

Évidemment qu’avec Walter Sieber dans les parages, le Co-mité olympique canadien aurait été obligé d’être plus vigilant dans sa façon de traiter avec mépris le français. Un Suisse francophone, surtout quand il est hyper compétent et cultivé, est plus reposant à la maison.

By the way Tricia, do you know when we’ll get our interview ?