/sacchips/zoneassnat
Navigation

[AUDIO] Les propos de Trudeau sur le mouvement souverainiste sont «mensongers» et «honteux», dit Lisée

Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée
Photo Simon Clark/Agence QMI Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée

Coup d'oeil sur cet article

Le chef du Parti québécois (PQ) Jean-François Lisée ne digère pas les propos que le premier ministre du Canada aurait tenus en Inde, associant le mouvement souverainiste québécois aux «dangers de la violence».

Selon un conseiller du ministre indien Raveen Thukral, le premier ministre canadien a déclaré «qu'il avait fait face à de telles menaces toute sa vie et qu'il était pleinement conscient des dangers de la violence, qu'il avait toujours repoussée de toutes ses forces».

Cette citation est tirée d’un communiqué émanant du gouvernement du Punjab, mais Justin Trudeau a nié vendredi avoir comparé les souverainistes québécois au mouvement sikh, reconnu pour recourir à la violence, a soutenu le bureau du premier ministre.

Tôt vendredi, M. Lisée s’est prononcé sur Twitter, qualifiant de «mensongers», «honteux» et irrespectueux» les dires de Justin Trudeau.

 

«Que Justin Trudeau aille se ridiculiser personnellement en Inde, c’est son affaire, mais qu’il se mette à injurier des millions de Québécois... Ça fait 45 ans qu’il n’y a pas eu de gestes de violence dans le mouvement indépendantiste. Quarante-cinq ans! Alors, monsieur Trudeau ne peut pas dire qu’il s’est battu toute sa vie... D’abord, je ne sais même pas s’il était né il y a 45 ans. Son père s’est battu contre le mouvement indépendantiste. Monsieur Trudeau, je pense que  ça ne fait pas partie de sa carrière politique. Et de dire aujourd’hui, à l’étranger, que le mouvement indépendantiste actuel a des risques de violence, alors que c’est un des plus grands mouvements pacifistes en Occident, qu’on a obtenu deux référendums intenses, déchirants, sans actes de violence [...] c’est vraiment en dessous de tout», a-t-il déclaré vendredi au micro d’Alain Gravel, à ICI Première.

Selon M. Lisée, Justin Trudeau «dérape souvent sur des questions qui touchent le nationalisme québécois».

«Il semble avoir un angle mort abyssal sur toute sa connaissance de la réalité nationale québécoise, alors, qu’il fasse ça à l’étranger... Pour moi, il vient de se déshonorer. C’est incompétent, c’est injurieux, c’est honteux, franchement, moi, je suis sur le bord de devenir séparatiste!» a-t-il aussi déclaré.

D’autres souverainistes piqués au vif

Jean-François Lisée n’est pas le seul à avoir été piqué au vif par les propos allégués de Justin Trudeau.

Justin Trudeau «aurait voulu réveiller les indépendantistes tièdes qu’il n’aurait pas fait autrement», a partagé sur Twitter l’ex-député Camil Bouchard, qui a repris du service au PQ comme conseiller du chef Lisée.

L’ancienne députée péquiste Louise Harel a ajouté sa voix au concert de dénonciations qui a suivi les propos de Justin Trudeau, écrivant sur Twitter que le «seul acte violent» récent a été perpétré contre les souverainistes, en 2012, au Métropolis, lorsqu'un homme avait voulu s'en prendre à la nouvelle première ministre Pauline Marois.

La chef du Bloc québécois, Martine Ouellet, a réagi sur le même réseau social. «Se ridiculiser devant la planète, c'est une chose. Mais associer le mouvement indépendantiste québécois à la violence, ça ne passe pas! C'est faux et fourbe», a-t-elle déclaré.

D'autres réactions

Toujours à Ottawa, le député conservateur Pierre Paul-Hus a écrit: «Comparer le mouvement souverainiste québécois à celui de l’Inde, qui a fait 80 000 morts... Dire qu’il l’a combattu toute sa vie! Justin, reviens à Ottawa svp.... #honte #polcan #echeclamentable.»

Son collègue québécois Luc Berthold a dit: «J’ai des amis souverainistes et, même si je ne partage pas leur vision, JAMAIS ils n’ont pensé recourir à la violence pour faire la souveraineté. Trudeau fait du Québec bashing pour se sortir de la m... dans laquelle il s’est mis lui-même en Inde.»

 

 – Avec la collaboration de l'Agence QMI