/sports/opinion/columnists
Navigation

Bravo Jocelyne ! Bravo Kim !

Bravo Jocelyne ! Bravo Kim !
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

PYEONGCHANG | Bravo Jocelyne Larocque. Bravo Kim Boutin. Deux médailles d’argent. Une qui pleure et une qui rit. C’est la loi du sport.

Jocelyne Larocque a joué de tout son cœur pour le Canada. Ça fait quatre ans que les dirigeants de Hockey Canada et les fefans du pays crient : « We go for gold ! ». Les filles y croyaient. Elles jouaient pour l’or. Il n’y avait pas d’autres options.

Jocelyne a eu le cœur brisé. L’argent, c’était pour une perdante. On lui avait demandé l’or : « Go for gold ! », se rappelait-elle dans toutes les fibres de son être.

Elle a enlevé la médaille de son cou. Elle ne l’a pas lancée dans les estrades, elle n’a pas craché dessus. Elle est restée digne dans sa peine.

Voilà que des zozos lui écrivent qu’ils ont honte d’être Canadiens. Toi, le zozo, t’as fait quoi jeudi dernier entre 11 et 2 heures du matin pour ton Canada ? T’as regardé un film de cul ? Avec une boîte de kleenex ?

Elle, elle se défonçait sur une patinoire en Corée pour l’honneur de ta feuille d’érable, bonhomme !

On a le droit sacré de ne pas être d’accord avec le geste de Mlle Labrecque. On peut estimer que c’est manquer d’esprit sportif, que c’est un manque au décorum olympique. On peut soutenir que la déception et la douleur de la défaite ne justifient pas son geste. On peut en débattre.

Mais avoir honte d’être Canadien ? Quand Chose se promène en soutane aux Indes ? Come on, commande-toi un autre film, ça presse.