/finance/business
Navigation

Le métro pour sauver Bombardier à La Pocatière

Le métro pour sauver Bombardier à La Pocatière
Photo Philippe Orfali

Coup d'oeil sur cet article

Québec pourrait accélérer le remplacement des voitures du métro de Montréal pour aider l’usine ferroviaire de Bombardier à La Pocatière et empêcher la mise à pied de centaines de travailleurs, confirment l’entreprise et le gouvernement.

Une rencontre a été tenue entre le président et chef de la direction de Bombardier, Alain Bellemare, et le premier ministre Couillard afin de faire le point sur la question.

« On comprend que le gouvernement planche sur différentes options en ce moment pour Bombardier. Pour les employés de Saint-Bruno et de La Pocatière, c’est réconfortant. On voit qu’ils comprennent l’urgence de la situation », a affirmé au Journal le porte-parole de Bombardier Transport, Éric Prud’Homme.

La principale idée sur la table consisterait à remplacer dès les prochaines années les voitures du métro M-73, qui datent du milieu des années 1970. Les voitures Azur qui se trouvent maintenant dans le métro ont remplacé celles qui dataient des années 1960, les M-63.

Des voitures remises à neuf

Pourtant, la STM avait repoussé il y a quelques années le remplacement des M-73, préférant investir 108 M$ pour les rénover, car il aurait été trop coûteux de les remplacer.

Ce n’est qu’en 2036 que les M-73 devaient être remplacés, selon les plans actuels.

Philippe Couillard s’est entretenu avec la mairesse de Montréal, Valérie Plante, à cet effet, a-t-il confirmé lors d’une mêlée de presse en marge d’un panel sur l’Accord de libre-échange nord-américain, auquel il participait avec la première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne.

« J’ai appelé la mairesse Plante à cet effet-là. Pourquoi ? Parce que l’usine de La Pocatière est faite pour ça. [...] On regarde autre chose également. Moi je me suis engagé envers les travailleurs de La Pocatière, dès que j’ai entendu la décision de la Caisse, de faire tout en mon possible pour leur trouver de l’ouvrage », a dit le premier ministre.

La Société de transport de Montréal (STM) reconnaît pour sa part qu’une demande « a récemment été faite » par Québec « quant à l’opportunité d’intégrer de nouvelles voitures AZUR » à son parc. La Société dit « poursuivre » l’analyse des impacts de cette demande.

Bombardier prévoit présentement mettre à pied, de façon temporaire, près de 300 des 600 travailleurs de l’usine de La Pocatière, puisque le contrat de construction des trains du Réseau express métropolitain lui a échappé. Le contrat est allé à Alstom, qui offrait un prix nettement inférieur à celui proposé par la compagnie québécoise.

— Avec bureau parlementaire, Marc-Antoine Gagnon