/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Le choix de Jennifer

Jennifer Lawrence
Photo WENN

Coup d'oeil sur cet article

Vous avez vu la controverse au sujet de la robe de Jennifer Lawrence ?

L’actrice s’est pointée au lancement de Red Sparrow à Londres et s’est fait critiquer pour avoir porté une robe sexy à l’extérieur pendant que les hommes à ses côtés étaient au chaud en manteau. « C’est le symbole du sexisme qui règne à Hollywood », a écrit une journaliste très sérieuse.

Heureusement que Lawrence a envoyé promener tous les bien-pensants, en leur rappelant qu’elle était majeure et vaccinée et que si ça lui tentait de se geler les nichons en portant du Versace vavavoum, c’était son choix.

Jennifer a osé s’adresser aux « empêcheurs de se décolleter en rond » en leur disant de se mêler de leurs affaires.

Mon Dieu que ça fait du bien (et que c’est rare) de voir une artiste qui pense différemment du troupeau !

Pensée unique

C’est quand même assez rigolo que le milieu culturel, supposément célébrant la diversité, soit si consensuel.

Pense ce que tu veux, du moment que tu penses comme nous.

Dimanche, aux BAFTA (les Oscars britanniques), la comédienne et réalisatrice Salma Hayek a fait une référence aux mouvements #moiaussi et #timesup quand elle est venue présenter un prix. « Dans cette année cruciale et historique pour les femmes, je suis ici, sur cette scène mythique, pour célébrer... les hommes. »

Si Hayek avait été là pour présenter le prix de la meilleure réalisation et qu’elle avait été choquée que tous les finalistes soient masculins, on aurait compris sa petite pointe. Mais elle était là... pour présenter la catégorie du meilleur rôle masculin ! Bordel, c’est rendu que même les acteurs masculins doivent s’excuser d’être en nomination dans leur propre catégorie ?

Quoi, en 2018, pour souligner la prise de parole des femmes victimes d’inconduite sexuelle, il faudrait cesser de remettre des prix à des hommes ? Ça la dégoûte tant que ça, Salma Hayek, de devoir honorer des hommes au lieu de présenter le prix de la meilleure actrice ? Mais c’est quoi, cette mentalité de banc de poissons ? Tout le monde embarque dans le même train de la pensée unique et tout le monde pense pareil ?

Poussant plus loin sa petite indignation, quand est venu le temps d’annoncer le gagnant, Hayek a fait une blague : « Et le prix est remis à Frances McDormand » (l’actrice principale de Three billboards outside Ebbing, Missouri).

Oh my God, on le sait que tu trouves toutes les femmes merveilleuses, mais est-ce que ça signifie que tu dois lever le nez sur les hommes ? Après des années d’inconduites et d’injustice envers les femmes dans le milieu du cinéma, on a le droit de compenser en faisant du manbashing ?

#moinonplus

Tout ça est tellement consensuel : tu embarques dans la locomotive #moiaussi et tout, tout, tout doit être interprété à la lumière de ce mouvement.

Tout le monde doit porter du noir pour appuyer la cause et si tu as le malheur de porter une robe de couleur, tu te fais traiter de tous les noms.

Avant, les artistes étaient des marginaux qui contestaient l’ordre établi, le mainstream, le consensus social. Maintenant, les artistes sont le consensus et ils contestent ceux qui sont dans la marge, qui ne pensent pas comme le reste du monde.