/news/currentevents
Navigation

Possession d’arme: accusations contre Leonardo Rizzuto maintenues... pour le moment

Leonardo Rizzuto
Photo d'archives Leonardo Rizzuto

Coup d'oeil sur cet article

Les accusations de possession d’armes et de cocaïne portées contre un pilier de la mafia montréalaise sont pour le moment maintenues, a confirmé la Couronne quelques jours après que l’accusé eut été acquitté de gangstérisme.

Leonardo Rizzuto, avocat, fils de l’ex-parrain Vito Rizzuto, était de retour devant le tribunal ce vendredi, quelques jours après avoir eu gain de cause en Cour supérieure du Québec.

Accusé dans le cadre d’une opération policière antimafia, l’homme de 48 ans s’en était tiré parce que des policiers l’avaient illégalement enregistré à son insu dans un bureau d’avocats. Dans une décision massue, la cour a tranché que «les agents de l’État» avaient priorisé leur enquête au détriment du secret professionnel liant les avocats et leurs clients. L’exécution de ce moyen d’enquête avait été «défaillante, voire négligente», selon le juge Eric Downs.

Malgré cette victoire, Leonardo Rizzuto est toujours accusé de possession de cocaïne et d'armes (deux pistolets semi-automatiques) qui auraient été trouvées à son domicile lors d’une perquisition.

Étant donné que cette saisie découle de la rafle antimafia, des questions se posent quant à ce qu'il adviendra de ces accusations. La poursuite n’a pas souhaité dévoiler son jeu, ce vendredi, lorsque le dossier est revenu devant la cour.

«Nous avons demandé une remise, [les accusations] sont maintenues pour le moment, le temps d’évaluer l’impact de la décision du juge Eric Downs», a commenté le procureur de la Couronne Matthew Ferguson.

Le dossier reviendra devant le tribunal le mois prochain. D’ici là, les procureurs devront décider s’ils font ou non appel du jugement statuant que l’écoute dont Rizzuto a fait l'objet était illégale.