/finance/business
Navigation

Une entreprise vous paye pour devenir pilote

Coup d'oeil sur cet article

Face au «manque criant» de pilotes d’avion, une entreprise de Mirabel, dans les Laurentides, fait preuve d’originalité et lance un programme de formation en pilotage sans frais pour ses employés.

Nolinor Aviation, transporteur spécialisé dans les vols commerciaux nolisés, permettra ainsi annuellement à cinq de ses employés de recevoir une formation complète de pilote sans qu’ils aient à payer un sou; un cadeau dont la valeur peut atteindre plus de 75 000$.

«Grâce à cette nouvelle initiative, ceux et celles qui caressaient le rêve de devenir pilote, mais qui pour différentes raisons, notamment financières, n'y étaient pas arrivés, pourront enfin y accéder. Ce programme nous permettra également de contribuer à augmenter la disponibilité de pilotes de ligne bien formés, afin de contrer une problématique actuellement observée partout au Québec et au Canada», explique le président de Nolinor, Jacques Prud’Homme.

«J’en connais beaucoup qui en rêvent et c’est vraiment le financement qui limite. On a un dicton en aviation qui dit qu’un pilote va aussi loin que son argent et quand on n’a pas d’argent, on ne va pas loin», confirme le pilote Marc-Antoine Haddad.

Nolinor explique que le privilège sera accessible à tous les employés qui œuvrent au sein de l’entreprise depuis au moins un an «qui souhaitent s’investir et qui ont le potentiel de devenir pilote de ligne, et ce, peu importe le poste occupé». L’entreprise ajoute que le choix des candidats se fera chaque année en fonction d’un «processus rigoureux de sélection qui permettra d’identifier les employés ayant la volonté et possédant les prédispositions nécessaires à cette fonction».

Chose certaine, le programme semble susciter un grand enthousiasme auprès des employés.

«On a fait une première séance d’information en début de semaine et on a plus de 25 personnes qui ont manifesté un intérêt. C’est sûr qu’on ne pourra pas prendre tous ces employés dans la première année, mais c’est le fun de voir qu’il y a une belle réaction. On a aussi reçu beaucoup de demandes de gens qui veulent venir travailler chez Nolinor», affirme le vice-président, Marco Prud’homme.

La pénurie de pilotes est notamment attribuable à la croissance du trafic aérien de même qu’à l’implantation d’une nouvelle réglementation sur les heures de vol travaillées.