/24m/city
Navigation

Le débat sur les pitbulls à Montréal se poursuit: début des consultations publiques

Le débat sur les pitbulls à Montréal se poursuit: début des consultations publiques
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Les consultations publiques visant à modifier le règlement sur le contrôle des animaux ont été lancées samedi, quelques jours après que le propriétaire du pitbull qui a mordu au visage une fillette de 7 ans eut été reconnu coupable de négligence criminelle ayant causé des lésions.

Des Montréalais étaient attendus à partir de 9 h à l’Espace La Fontaine pour la première rencontre d’échange sur la délicate question du règlement «pitbulls». Sept autres assemblées citoyennes sont prévues jusqu’au début mars dans plusieurs arrondissements.

Craig Sauvé, conseiller associé aux services aux citoyens et à la mobilité, a assisté à la première rencontre. L’idée, selon lui, est de savoir notamment «comment mieux encadrer les propriétaires, est-ce qu’on doit prohiber certains propriétaires d’avoir des chiens». Il a aussi indiqué que le travail fait par la précédente administration était incomplet.

Quelques semaines après son entrée en fonction, Valérie Plante a suspendu le règlement contre les pitbulls qui avait été mis en place par l’administration précédente de Denis Coderre. Projet Montréal jugeait qu’il était discriminatoire de cibler un type de chien comme les pitbulls et de leur imposer, par exemple, la muselière lors des promenades.

Une refonte complète du règlement doit être livrée pendant la première moitié de l’année 2018.

Jusqu’au 4 mars prochain, les citoyens ont l’occasion de s’exprimer aussi à l'aide d'un sondage accessible sur le site www.realisonsmtl.ca/animaux.

Pour rappel, l'administration de l’ex-maire Denis Coderre avait adopté un règlement sur le contrôle des animaux à l'automne 2016 qui interdisait la possession d'un nouveau chien de type pitbull et qui encadrait les propriétaires qui en possédaient déjà un.

Cette semaine, Karim Jean-Gilles, le propriétaire du pitbull qui a mordu au visage une fillette de 7 ans à Brossard en 2015, a été reconnu coupable de négligence criminelle ayant causé des lésions.