/news/society
Navigation

Des clients d’un gym craignent d’être floués

Sans permis, un nouveau centre de Brossard tarde à ouvrir

Lors du passage du <i>Journal</i>, les travaux de construction semblaient toujours au point mort
Photo Axel Marchand-Lamothe Lors du passage du Journal, les travaux de construction semblaient toujours au point mort

Coup d'oeil sur cet article

Des dizaines de consommateurs sont inquiets de perdre leurs frais d’inscription déjà payés en raison des multiples retards dans la construction d’un centre d’entraînement à Brossard.

La construction du Klub Athletik 10, à Brossard, s’est amorcée au mois de juin dernier avant de subitement s’interrompre en octobre. Depuis, les locaux de la Place Portobello, sur le boulevard Taschereau, semblent abandonnés.

« Ils nous ont dit qu’ils devaient ouvrir à l’automne, puis à l’hiver, mais on a bien vu que les travaux n’avançaient plus », mentionne Corrine-Ève Côté, qui avait donné un dépôt de 217 $ l’été dernier pour s’inscrire avec sa mère.

« Je me suis dit qu’ils avaient mon argent sans aucune raison et j’ai demandé un remboursement au début décembre », poursuit-elle.

Aucun message dans la devanture du commerce ne l’identifie.
Photo Axel Marchand-Lamothe
Aucun message dans la devanture du commerce ne l’identifie.

Pratiques interdites

Si elle a obtenu gain de cause à la mi-janvier, ses appels et ses courriels sont longtemps restés sans réponse. Elle n’est pas la seule dans cette situation. Plusieurs clients qui avaient déjà payé ont dénoncé le manque de communication du gym.

« Les réponses étaient pratiquement insultantes quand on leur posait des questions », indique Jonathan Maybury. Il avait déboursé un peu plus de 400 $ pour un « préabonnement » avec sa conjointe, en juillet dernier.

Le Klub Athletik 10 est finalement sorti de son mutisme sur Facebook, le 9 février, pour annoncer une nouvelle date d’ouverture en avril en prétextant des problèmes d’approvisionnement pour les matériaux de construction.

Ce qui n’a pas empêché l’Office de protection du consommateur (OPC) d’émettre une mise en garde concernant les pratiques du gym, qui ne détient pas de permis comme le prévoit la loi.

« Ça signifie que le commerçant n’a pas déposé le cautionnement de 15 000 $ qui protège les consommateurs [en cas de fermeture] », signale Charles Tanguay, porte-parole pour l’OPC.

De plus, la formule de « préabonnement » utilisée est interdite. Les studios de santé ne peuvent percevoir d’argent avant que le client ait commencé à bénéficier des services promis.

Pas la première fois

Ce n’est pas la première fois qu’Amir Khayami, le propriétaire du Klub Athletik 10, se retrouve dans la mire de l’OPC.

En 2011, il avait opéré le Gold’s Gym DIX30 sans permis et écopé d’une amende.

Le centre de conditionnement physique avait cessé ses opérations abruptement en janvier 2017, et les abonnés laissés en plan avaient été dédommagés par l’OPC.

Selon les informations colligées par Le Journal, au moins trois autres centres d’entraînement lui appartenant sont présentement en infraction, en raison du non-paiement des permis.

Le Klub Athletik et M. Khayami n’ont pas donné suite à nos demandes d’entrevue.