/sports/jo
Navigation

Un choc gustatif

Un bon petit plat typiquement coréen. Miam…
Photo Le Journal Un bon petit plat typiquement coréen. Miam…

Coup d'oeil sur cet article

GANGNEUNG | Ma mère Francyne m’a souvent dit : « Peu importe où tu seras dans le monde, tu ne te laisseras jamais mourir de faim. »

Dans le cadre de mes autres voyages, cette phrase était facile à appliquer. Toutefois, aux Jeux, ce fut un défi olympique.

Comme je m’y attendais, j’ai eu un choc. Et ce, même si j’ai une bonne fourchette et que je suis ouvert aux nouvelles expériences en matière de bouffe.

J’ai notamment découvert deux mets dont je ne m’ennuierai pas : le kimchi et le bugolgi.

Le premier a fait partie de mon paysage culinaire pendant les 21 derniers jours. C’est du chou semi-cuit avec des épices très relevées. Il y en avait dans tous les restaurants qu’on a fréquentés ou presque. J’ai tenté d’en manger à quelques reprises, mais j’ai rapidement abandonné le projet. À chaque essai, j’ai eu besoin de deux bouteilles d’eau et de quelques mouchoirs pour essuyer quelques larmes de chaleur interne.

Pour ce qui est du bugolgi, ce plat typiquement coréen, il m’a donné de meilleures sensations. Il est composé de bœuf ou de porc mariné avec des légumes, et le tout est dégusté avec du riz blanc. Ça m’a bouché un trou lorsque j’en mangeais, mais je n’ai pas couru pour en prendre une deuxième assiette.

La découverte qui a fait exploser mes papilles : les gimbaps. Ça ressemble beaucoup aux sushis qu’on retrouve chez nous. Par contre, les ingrédients sont tellement goûteux que la sauce soya est facultative. Un délice.

J’ai tenté plusieurs expériences, plus ou moins concluantes, mais c’est ce qui a fait la beauté de mon premier voyage olympique. Ces nombreux repas dégustés en compagnie de mes collègues m’ont donné la chance de les connaître à l’extérieur de notre cadre professionnel. À mes yeux, ça n’a pas de prix, et j’en garderai de merveilleux souvenirs.

Je ne peux pas terminer ce billet sans remercier ma blonde Josée, qui a tenu le fort durant mon absence, à mes enfants Émile et Jacob, qui comprennent le boulot de leur papa, et au reste de ma famille pour son appui.

Mes coups de cœur

1. Le roi Mikaël Kingsbury. Il avait une pression énorme sur ses épaules et il a livré la marchandise dans l’épreuve des bosses en remportant l’or. Il a donné le ton à la délégation canadienne.

Un bon petit plat typiquement coréen. Miam…
Photo Didier Debusschère

2. La reine Kim Boutin. Ses trois médailles lui ont permis de gagner le respect des fanatiques de son sport en Corée du Sud. Elle a fait preuve d’une grande force de caractère durant les JO.

Un bon petit plat typiquement coréen. Miam…
Photo Didier Debusschère

3. La gentillesse des bénévoles. Même si la barrière de la langue rendait parfois les communications difficiles, ils étaient toujours prêts à nous aider. Chapeau !

Un bon petit plat typiquement coréen. Miam…
Photo AFP