/investigations
Navigation

La pointe de l’iceberg?

Coup d'oeil sur cet article

Notre Bureau d’enquête a pu éplucher les dépenses de la Ville, mais le gros des dépenses des Fêtes du 375e se trouve dans le budget de 125 M$ de la Société des célébrations du 375e anniversaire de Montréal.

Et deux mois après la fin des célébrations, les contribuables sont toujours incapables de savoir comment cet argent a été dépensé, malgré les promesses de transparence de Valérie Plante en campagne électorale.

Le seul portrait disponible tient sur une page et se trouve dans le rapport annuel 2016 de la Société du 375e (le plus récent à avoir été publié). Il ne contient aucune information sur les contrats accordés.

Et puisqu’elle est un organisme à but non lucratif (OBNL), la Société du 375e n’est pas assujettie à la Loi sur l’accès aux documents des organismes publics, même si la grande majorité de son financement provient de Montréal, Québec et Ottawa.

L’organisation indique sur son site web que « le rapport final d’activité sera disponible au printemps 2018 ». On ignore ce que contiendra ce document.

Questionnée depuis trois semaines, la Ville a de son côté été incapable de fournir une liste des contrats accordés pour le party privé à 225 000 $ du 17 mai. Elle n’a pu produire qu’un tableau sommaire de 6 lignes avec des chiffres approximatifs.

Le cabinet de la mairesse n’a pas été en mesure de nous donner plus de renseignements. Valérie Plante, élue le 5 novembre dernier, avait pourtant promis de « rendre publiques, au lendemain de l’élection, toutes les dépenses réalisées par la Société du 375e ».