/sports/jo
Navigation

Un accueil olympique pour les athlètes de la région de Québec!

Coup d'oeil sur cet article

Surpris de monter sur la troisième marche du podium en raison des embûches rencontrées avant les Jeux olympiques, Alex Beaulieu-Marchand l’était encore davantage quand il a aperçu le comité d’accueil qui l’attendait à l’aéroport Jean-Lesage, lundi, à son retour au pays.

« Je suis ému, a exprimé le médaillé de bronze de l’épreuve de slopestyle en ski acrobatique les yeux roulant dans l’eau. Je ne m’attendais pas qu’il y ait autant de monde. C’est encore plus d’émotion de voir ma famille et mes amis qu’il y en avait sur le podium lors de la remise des médailles. Je suis vraiment, vraiment heureux de voir tous mes proches ici et je veux passer le plus de temps possible avec eux dans les prochains jours. En 2018, j’ai skié seulement huit jours en raison de ma commotion cérébrale. Je veux skier pour le plaisir dans les prochains jours.

« La médaille olympique est un bel accomplissement et je réalise un rêve d’enfant même si je ne m’attendais jamais à ça, mais c’est encore plus le fun de voir les gens triper, de poursuivre le skieur acrobatique de Saint-Augustin. Je savais que mes proches s’étaient rassemblés pour suivre mon épreuve. C’est gros une médaille olympique, mais ça ne changera pas ma vie. Je vais quand même connaître du succès dans ma carrière. »

Une maman fière

Première à serrer ABM dans ses bras à son arrivée, Andrée Marchand était comblée. « Je lui ai dit bravo et mission accomplie, a mentionné la maman d’Alex. Il a réussi sa meilleure descente possible. On savait qu’il avait le potentiel de remporter une médaille, mais sa commotion avait compromis ses chances. »

Compte tenu de l’état de santé de son fils, la maman a modifié ses plans. « En janvier, les chances d’Alex de participer aux Jeux olympiques étaient quasiment nulles en raison de sa commotion et j’ai décidé d’annuler le voyage en Corée et de demeurer à Québec, a-t-elle raconté. Je n’ai pas de regret, mais j’aurais adoré être devant lui lors de la remise des médailles. C’est quand tu es au plus bas que tu rebondis. Cet arrêt lui a permis de prendre du repos et de diminuer la pression et les attentes. »

Une surprise pour Desbiens

Dans le contingent d’athlètes de la région de retour, lundi, on retrouvait une autre médaillée. La gardienne Ann-Renée Desbiens a remporté l’argent avec l’équipe de hockey.

« Je savais que mes parents seraient présents, mais je ne m’attendais pas à ce que ma famille d’accueil pendant mes trois années avec les Titans de Limoilou soit présente, a-t-elle souligné. Ce fut une belle surprise. Les Jeux olympiques ont été une expérience extraordinaire, mais j’ai hâte de relaxer. Je savais que j’étais une joueuse recrue, mais j’ai eu la chance de jouer dans le premier match. Je n’ai pas encore décidé si j’allais embarquer dans un autre cycle olympique. »

Pari relevé pour Philippe Marquis

Philippe Marquis
Photo Annie T. Roussel
Philippe Marquis

Habitué aux bosses, Philippe Marquis a vécu dans les montagnes russes au cours des deux derniers mois.

Victime d’une déchirure du ligament croisé antérieur lors d’une descente d’entraînement à la Coupe du monde de Deer Valley en janvier, le skieur acrobatique est néanmoins parvenu à prendre le départ à Pyeongchang et à se qualifier pour la finale olympique.

« C’est énorme, les émotions que j’ai vécues, a exprimé Marquis. C’est un rêve de jeunesse de participer aux Jeux olympiques, mais je voulais le faire aussi pour tous les gens qui m’ont appuyé.

« Les six semaines menant aux Jeux olympiques ont été extrêmement difficiles, mais je suis très fier d’avoir relevé ce pari fort risqué, de poursuivre Marquis. Ce ne fut pas le meilleur résultat souhaité, mais ma médaille est d’avoir réussi à atteindre la finale dans ces circonstances. J’ai testé mes limites. »

Marquis sera opéré, demain, par son père François. « L’objectif est d’avoir un bon genou pour le reste de ma vie, a-t-il résumé. À la fin de l’été, après ma réhabilitation, je déciderai de la suite des choses si le ski me manque. »

Expérience incroyable

Avec une 11e place au 1000 m en patinage de vitesse longue piste, Alexandre Saint-Jean revenait emballé. « J’ai vécu une expérience incroyable que je vais me souvenir toute ma vie, a résumé Saint-Jean, qui reprendra ses études en médecine dentaire aujourd’hui. L’ambiance était incroyable et ça donne le goût d’y retourner. J’ai vécu une grosse montée d’adrénaline en me qualifiant pour les Jeux. L’excitation a fait place à la fatigue. »

En plus des athlètes, Louis Bouchard était lui aussi de retour à la maison. L’entraîneur d’Alex Harvey croit que son protégé sera heureux de ses performances quand la poussière retombera sur sa 4e position du 50 km classique. « Alex va se rappeler toujours qu’il était si proche d’un podium, mais aussi qu’il a réussi une performance incroyable. Dans le futur, je pense que son discours sera que ce n’est pas la fin du monde de ne pas avoir gagné une médaille olympique. Parce qu’il a obtenu de bons résultats au championnat mondial et en Coupe du monde, il ne peut pas baser sa carrière uniquement sur les Jeux olympiques. »