/opinion/columnists
Navigation

La politique est une bédé

Coup d'oeil sur cet article

Décidément, la politique canadienne et québécoise ressemble de plus en plus à une grosse bédé.

Voici certains des personnages qu’on y trouve...

TULLIUS DÉTRITUS

Vous vous rappelez La Zizanie, le célèbre album d’Astérix ? Afin d’en finir une bonne fois pour toutes avec le petit village gaulois qui défie son autorité, l’empereur César envoie à ses ennemis Tullius Détritus, un stratège romain qui fout le bordel partout où il passe. Maître dans l’art de provoquer des disputes, champion de la chicane et de la manipulation psychologique (ce que les anglos appellent le « mind fucking »), Détritus sème effectivement la pagaille chez les paisibles Gaulois.

Après quelques jours seulement, tout le monde se méfie de tout le monde et le village est sur le bord de la guerre civile...

Eh bien, Détritus, c’est Martine Ouellet !

Après avoir semé le chaos au PQ, la députée de Vachon fout maintenant le bordel au Bloc.

Non seulement le leader parlementaire du parti a-t-il claqué la porte, mais six autres députés (sur dix) l’ont suivi. Rappelons que c’est la deuxième fois que les députés du Bloc se mutinent depuis l’arrivée de madame Ouellet à la direction du parti il y a moins d’un an. Qui sait ? Comme Détritus, la chef du Bloc est peut-être un agent fédéraliste embauché par Ottawa pour diviser les troupes séparatistes...

LES DUPOND DUPONT

Comme je l’ai écrit jeudi dernier, notre Justin national ressemble comme deux gouttes d’eau aux Dupond Dupont. Comme les amis de Tintin, il veut se « fondre dans le paysage » et se « mêler à la foule » en portant des costumes folkloriques et, comme eux, il ne réussit qu’à se faire encore plus remarquer.

De plus, il est naïf, gaffeur et incompétent.

Voici ce que le site Wikipédia dit des Dupond Dupont : « Lorsqu’ils parlent, leurs phrases se veulent grandioses, solennelles, mais finissent par les ridiculiser et les termes pompeux qu’ils utilisent masquent difficilement la vacuité de leurs propos. » Ça ne vous rappelle pas quelqu’un ?

À la fin de son voyage catastrophique en Inde, notre PM a déclaré : « C’est comme ça que nous allons transformer le monde dans lequel nous vivons : votre capacité de questionner tout, de questionner le plus profond de ce qui nous entoure, pour dire pourquoi on ne peut pas être mieux... »

Euh... de kessé ?

Comme dirait Pierre Karl Péladeau : « En français ! »

Seule Bianca Castafiore/Mélanie Joly (« Ah ! Je ris de me voir si belle dans ce miroir ») comprend cette langue tarabiscotée...

LES DALTON

Manon, Gabriel, Amir et Sol : « Tagada Tagada, voilà les Dalton », comme le chantait Joe Dassin.

Comme les célèbres personnages de Morris, les quatre ténors de Québec Solidaire veulent faire payer les riches.

Gabriel, le plus jeune des quatre, est (comme Joe Dalton) le plus malin, le plus pragmatique et le moins dogmatique.

Mais, ne me demandez pas pourquoi, ces lascars ont décidé de remettre leur destinée dans les mains de Ma Dalton (ou est-ce Averell ?), qui vient de se tirer dans le pied avec sa remarque sur le mot « patrimoine ».

Ils risquent de recevoir une dégelée. Comme les pogos.