/opinion/blogs/columnists
Navigation

Place au «Combine» à Indianapolis

NFL Combine - Day 4
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Saison morte? Quelle saison morte? À peine trois semaines après le Super Bowl, la NFL est déjà en pleine préparation pour le prochain repêchage, dans le cadre du «Combine», à Indianapolis.

L'événement annuel où les jeunes espoirs se prêtent à tous les tests physiques et mentaux imaginables suscite un intérêt grandissant dans les dernières années.

Pour une deuxième année de suite, je vous propose d'ailleurs une couverture sur place, à Indianapolis.

Certains adorent le «Combine» puisque l'événement leur permet de se familiariser un peu plus avec quelques-uns des prochains porte-étandards de la NFL.

D'autres estiment au contraire que les observateurs et équipes accordent une importance démesurée à cette semaine.

Quoiqu'il en soit, le «Combine» est devenu un incontournable actuellement dans la grosse machine de promotion de la NFL.

En attendant que les quarts-arrières, porteurs de ballon, receveurs de passes, joueurs de ligne offensive ainsi que tous les joueurs défensifs se prêtent au jeu, voici 10 histoires à surveiller dans le cadre de cet événement.

1. Des questions sur les quarts-arrières

Il s'agit d'une cuvée exceptionnelle chez les quarts-arrières, au sens où pas moins de quatre à cinq d'entre eux pourraient être sélectionnés au premier tour, à la fin avril, à Dallas.

Cette semaine à Indianapolis, chacun d'entre eux devra toutefois faire face aux questions qui persistent à leur égard.

Sam Darnold (USC) est bourré de talent, mais il a collectionné les revirements.

Josh Rosen (UCLA) est décrit comme le plus complet du lot, le prototype idéal, mais certains estiment qu'il joue avec un détachement inquiétant.

Josh Allen (Wyoming) possède peut-être le bras le plus canon de sa classe, mais son pourcentage de passes complétées laisse à désirer et inquiète les décideurs.

Baker Mayfield (Oklahoma) est productif à souhait et se veut un féroce compétiteur, mais plusieurs émettent des doutes quant à son attitude et sa taille.

Lamar Jackson (Louisville) est un athlète supérieur, mais pourra-t-il s'adapter au calibre de la NFL? Plusieurs le voient même comme un receveur au prochain niveau.

Enfin, Mason Rudolph (Oklahoma State) est plutôt complet et pourrait causer une surprise, mais plusieurs diront qu'il n'est que le produit d'un système offensif qui n'a pas produit de grands quarts-arrières.

2. Barkley et les autres

Chez les porteurs de ballon, il y a le monstre au dessus de tous, Saquon Barkley (Penn State).

Cela dit, le repêchage n'est jamais une science exacte et d'autres prospects talentueux à souhait dans les rangs universitaires ont finalement échoué leur transition dans la NFL (l'exemple de Trent Richardson est le plus frappant).

Derrière lui, tout indique que la cuvée 2018 sera encore une fois de bonne qualité, ce qui laisse entendre que la tendance des dernières années se poursuivra.

Les Derrius Guice (LSU), Sony Michel (Georgia), Ronald Jones (USC), Rashaad Penny (San Diego State), Nick Chubb (Georgia) et Kerryon Johnson (Auburn) devraient tous sortir dans les premières rondes du repêchage.

Il ne faut peut-être pas s'attendre à la profondeur grandiose de la cuvée de l'an dernier, toutefois.

3. Problèmes chez les receveurs

Étrangement, dans les dernières années, les recruteurs ont fait patate la plupart du temps dans le cas des receveurs sélectionnés en première ronde.

Les exemples de déceptions sont nombreux.

C'est plutôt lors des rondes suivantes que quelques bijoux ont été dénichés.

Cette année, les Calvin Ridley (Alabama), Christian Kirk (Texas A&M), Courtland Sutton (SMU) et Anthony Miller (Memphis) représente quelques-uns des plus beaux espoirs.

4. L'importance de bons résultats

Là où plusieurs des noms mentionnés se font un véritable nom, c'est lors du fameux sprint sur 40 verges.

Au fil des ans, il s'agit en quelque sorte de l'épreuve reine avant le repêchage.

C'est là où plusieurs millions se gagnent et se perdent en terme de positionnement des joueurs, souvent à tort.

La vitesse est bien sûr un élément important dans l'évaluation d'un joueur, mais de tels sprints ne révèlent pas toujours la vitesse de réaction en situation de jeu.

N'empêche que pour plusieurs porteurs, receveurs, demis de coins, secondeurs et maraudeurs, les différents tests feront foi du degré d'amour que vont leur vouer plusieurs équipes.

5. Les joueurs défensifs

Parmi les joueurs considérés comme les valeurs les plus sûres de la présente cuvée, plusieurs évoluent du côté défensif.

À commencer par l'ailier défensif Bradley Chubb (North Carolina State).

Certains joueurs par les années passées montraient encore plus de potentiel pour pourchasser le quart-arrière, mais Chubb s'annonce comme une force dans toutes les phases du jeu.

Le polyvalent demi défensif Minkah Fitzpatrick (Alabama) sortira aussi très tôt en raison de sa capacité à évoluer partout dans la tertiaire, à haut niveau.

Le maraudeur Derwin James (Florida State) cadre aussi très bien dans le style hybride, près de la ligne de mêlée, que l'on requiert de plus en plus à cette position dans la NFL.

La situation semble moins claire à la position de secondeur, où l'évaluation des espoirs varie énormément.

6. Qui fera sensation?

À chaque année au «Combine», un joueur méconnu sort de l'ombre, ou un qui était déjà bien positionné solidifie son statut, en raison d'une performance monstre dans les différents tests physiques.

Rappelons-nous du receveur John Ross, qui avait battu le record de vitesse l'an dernier sur 40 verges avec un chrono fulgurant de 4,22 s.

Son temps lui a valu une sélection très hâtive par les Bengals, mais il a connu une saison recrue à oublier, ennuyé par des blessures et l'incapacité de s'imposer dans les quelques opporunités qu'il a eu.

Cette année, le demi de coin Donte Jackson (LSU), s'est déjà annoncé comme un potentiel successeur de Ross au niveau de la vitesse.

S'il ne fait que s'approcher de ce chrono, il fera jaser et améliorera son classement... mais reste à voir s'il pourra ensuite utiliser cette vitesse à bon escient dans la grande ligue.

D'autres noms pourraient aussi ressortir des différents tests.

7. Le coin des rumeurs

À chaque année, puisque les 32 équipes sont présentes à Indianapolis et que des centaines (oui, oui!) de journalistes sont attitrés à la couverture du «Combine», il s'agit du point de départ de nombreuses rumeurs.

Certaines s'avèrent ensuite véridiques, tandis que d'autres ne sont que du vent.

Les agents de joueurs sont aussi sur place et des tractations se mettent en place quant au marché des agents libres qui approche.

8. Une première impression

Pour les nouveaux entraîneurs-chefs, soit Mike Vrabel (Titans), Frank Reich (Colts), Jon Gruden (Raiders), Pat Shurmur (Giants), Matt Nagy (Bears), Matt Patricia (Lions) et Steve Wilks (Cardinals), il s'agira d'une première tribune nationale.

Bien entendu, les petits nouveaux se sont tous déjà fait entendre dans leur conférence de presse d'introduction dans leur marché, mais ils seront exposés une première fois devant la meute de médias affectée au «Combine».

Il est toujours intéressant de voir ce que les nouveaux shériffs ont à dire quant à leur approche par rapport au processus critique du repêchage.

9. Des réactions aux échanges

Puisque tout ce beau monde sera en ville, ce sera par la même occasion le moment de les entendre commenter les derniers gros mouvements de personnel.

Les Rams viennent d'obtenir les services du mercuriel mais talentueux demi de coin Marcus Peters, des Chiefs.

Ces mêmes Chiefs ont aussi laissé filer le quart-arrière Alex Smith.

Voilà qui est tout le contraire d'une saison morte!

10. Les plans des Browns

Les Browns ne sont pas intéressants durant la saison depuis trop longtemps, mais dans la saison du «Combine» et du repêchage, ils sont captivants à surveiller.

Pourquoi?

Parce qu'ils ont non seulement les choix 1 et 4 au total dans leur manche, mais ils misent sur quatre choix parmi les 35 premiers et cinq choix parmi les 60 premiers.

C'est le moment rêvé pour que leur reconstruction, qui s'étire indûment depuis 1999, s'achève!

Il y a fort à parier que les dirigeants présents à Indianapolis ne révéleront pas grand-chose de leurs intentions, mais parfois, des déclarations permettent de déceler des indices.

À suivre au cours des prochains jours dans Le Journal et sur notre site web.