/news/currentevents
Navigation

Plante courtise déjà son prochain chef de police

Denis Gallant
Photo AGENCE QMI, DARIO AYALA Denis Gallant

Coup d'oeil sur cet article

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a déjà commencé à courtiser des candidats pour prendre le gouvernail du SPVM en 2019, sans attendre les recommandations que le chef actuel a été chargé de lui faire.

Le Journal a appris de diverses sources qu’au cours des dernières semaines, la mairesse a notamment approché Me Denis Gallant, dont le mandat de cinq ans à la tête du Bureau de l’inspecteur général de la Ville de Montréal (BIG) vient à échéance dans un an, pour savoir s’il souhaiterait diriger le corps policier.

Selon nos informations, l’ex-procureur vedette de la commission Charbonneau n’a pas fermé la porte à la possibilité de devenir le tout premier civil à piloter le SPVM.

Denis Gallant a été joint à l’extérieur du pays où il est en vacances. Il a refusé de commenter l’information. Cependant, il estime être « flatté que son nom soit considéré pour ce poste aussi prestigieux ».

« Je souhaite que le processus soit transparent, équitable et surtout dépolitisé afin de donner les coudées franches au prochain chef», a-t-il affirmé.

Le cabinet de la mairesse n’a pas confirmé ni démenti nos informations.

« Nous avons un très grand respect pour le travail de Me Gallant comme inspecteur général », a mentionné hier son directeur des communications, Marc-André Viau.

Il a réitéré que pour l’administration Plante, l’indépendance entre le chef du SPVM et la mairie est « très importante ».

« Le profil recherché »

Martin Prud’homme, qui dirigeait la Sûreté du Québec, s’est vu confier les rênes du SPVM pendant un an par le gouvernement Couillard, le 6 décembre dernier, à la suite du rapport d’enquête dévastateur de Me Michel Bouchard sur le climat « extrêmement tendu » à la haute direction du corps policier et les « irrégularités très préoccupantes » à sa division des enquêtes internes.

Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, lui a notamment donné le mandat de « faire toute recommandation qu’il juge utile à la Ville de Montréal et au ministre concernant le processus de nomination du directeur du SPVM et le profil recherché ».

D’après nos sources, M. Prud’homme n’en a encore soumis aucune à la mairesse Plante, si ce n’est que son successeur devra « assurer la continuité » du ménage amorcé cet hiver.

Cet après-midi, le chef Prud’homme expliquera sa stratégie de réorganisation du SPVM en témoignant pour la première fois devant les élus siégeant à la Commission de la sécurité publique de Montréal, dont la séance sera exceptionnellement ouverte au public.

« Je trouverais ça très décevant et surprenant que la mairesse Plante ait pris une telle initiative sans consulter les maires de l’agglomération, comme le veut la tradition quand vient le temps de choisir un nouveau chef de police », a réagi le maire de Mont-Royal et vice-président de la Commission de la sécurité publique, Philippe Roy.

– Avec la collaboration de Stéphane Alarie