/news/politics
Navigation

Sept des dix députés claquent la porte du Bloc québécois, Martine Ouellet reste chef

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Sept des dix députés du Bloc québécois en ont assez de leur chef Martine Ouellet et ont décidé de quitter le caucus du parti souverainiste.

Les députés Michel Boudrias, Rhéal Fortin, Simon Marcil, Monique Pauzé, Louis Plamondon, Luc Thériault et Gabriel Ste-Marie deviennent dès mercredi des députés indépendants.

 

Ils ont l'intention de travailler ensemble dans un groupe parlementaire, mais n'ont pas encore de nom ni de chef.

«On n'est pas capable de travailler. Il n'y a pas de dialogue. Chaque semaine, il y avait des mésententes», explique le député de Joliette Gabriel Ste-Marie, qui a déjà mené ce même groupe d'élus lors d'une première mutinerie qui a failli faire éclater le Bloc en juin.

Le climat de travail au Bloc et le manque de consultation de la chef, en plus de ses critiques récentes contre la «résistance» au sein de son parti, les a motivés à partir tous ensemble mercredi.

Ils demandent la démission de Mme Ouellet. L’ancien chef Gilles Duceppe pense lui aussi que la chef devrait quitter.

Martine Ouellet, qui siège toujours à Québec, a l’intention de rester chef du parti, qui ne compte désormais que trois députés à Ottawa.

 

«La porte restera toujours ouverte pour leur retour», a-t-elle précisé, ajoutant avoir fait preuve de souplesse et proposé la médiation avec les députés insatisfaits.

«C'est une situation qu'on ne souhaitait pas. Le Bloc québécois va continuer à travailler, comme parti, de défendre les intérêts du Québec et de préparer l'indépendance du Québec», a-t-elle déclaré.

Contrôlante

La veille, elle a soutenu que sa personnalité n'était pas le problème au Bloc.

«Des gens disent que je suis contrôlante. Je suis mille fois moins contrôlante que Gilles Duceppe», a-t-elle confié au Journal. «Le Bloc québécois, ce n’est pas que son aile parlementaire [ses députés à Ottawa], ce sont ses membres, son aile jeunesse.»

Justement, une lettre d’appui à Mme Ouellet signée par des militants de l’aile jeunesse du Bloc québécois mercredi salue le leadership de leur chef, qui «collabore [...] contrairement à d’autres [chefs], qui ont parfois une attitude paternaliste».

En entrevue au 98,5 FM mercredi matin, Mme Ouellet disait avoir un mandat clair. «Mon appui, on l’a vu au Conseil général.»

Seuls les députés Mario Beaulieu, Xavier Barsalou-Duval et Marilène Gill restent fidèles à Martine Ouellet.