/news/politics
Navigation

Crise au Bloc québécois: «Je ne comprends pas pourquoi elle reste là» - Gilles Duceppe

Crise au Bloc québécois: «Je ne comprends pas pourquoi elle reste là» - Gilles Duceppe
Photo d'Archives

Coup d'oeil sur cet article

Devant le départ de sept députés du Bloc québécois, l'ex-chef du parti Gilles Duceppe croit qu'il est temps pour l'actuelle chef Martine Ouellet d'admettre sa défaite et de songer à se retirer.

«Je n'ai jamais vu une telle chose. Quand il y a 70 % des membres d'un caucus qui disent qui ne se reconnaissent plus dans le chef, habituellement, on ne doit pas faire de déni, on doit dire “Ce n'est plus ma place”», a affirmé M. Duceppe sur les ondes de LCN.

 

Pour M. Duceppe, la décision de ces sept députés ne changera rien à leur travail au Parlement. «Ça ne change pas leur statut, ils étaient des députés indépendants, le Bloc n'étant pas reconnu comme un parti», explique-t-il.

Le Bloc québécois vole en éclats; Martine Ouellet s'accroche

«Je ne comprends pas pourquoi elle reste là quand on n'est pas capable de faire un minimum de consensus dans son caucus», déclare l'ex-chef. «La sage décision serait qu'elle parte, dit-il. Parce qu'elle dit avoir raison, mais dans la vie, il faut plus qu'avoir raison, il faut que les gens s'en rendent compte.»

Ne voulant pas faire d'analyse sur la direction de Mme Ouellet, il a soutenu que pour l'instant, rien ne fonctionnait. «Quand il y a 70 % de gens dans une organisation, dans quelque organisation que ce soit, qui disent ça ne marche pas, à ce moment-là on dit, ça ne marche pas», insiste-t-il.

L'ex-chef bloquiste n'est pas prêt à dire que c'est la fin du parti pour autant. «Les conservateurs étaient deux en 1993, tout le monde disait que c'était fini», a-t-il exemplifié.

Toutefois, si Martine Ouellet décide de rester, l'avenir du parti est à risque, selon M. Duceppe. Il croit que ce sera aux membres de décider. «On verra ce qu'ils vont faire», conclut-il.