/finance/business
Navigation

Hydro craint des promoteurs reliés au crime organisé

Une centaine de projets de cryptomonnaies ont été déposés à la Société d’État

Coup d'oeil sur cet article

Hydro-Québec dit craindre la présence de promoteurs liés au crime organisé parmi la centaine de demandes de projets déposées visant à exploiter des centres de forage de cryptomonnaies au Québec.

« On regarde cela de près. Cela fait partie de nos préoccupations. On est vigilant et prudent. Il y a des entreprises sérieuses qui sont cotées en bourse. Il y en a d’autres dont on ne connaît pas la nature exacte de leurs activités », a indiqué mercredi au Journal un porte-parole de la société d’État, Marc-Antoine Pouliot.

Dans une lettre envoyée mardi aux promoteurs de forage de cryptomonnaies, Hydro-Québec Distribution soutient qu’elle ne « pourra alimenter la totalité des installations visées par les projets en raison de leur impact sur la demande lors de pointes hivernales ».

Hydro-Québec dit avoir reçu au cours de la dernière année plus d’une centaine de projets pour exploiter des centres de forage de cryptomonnaies.

Ces projets déposés pourraient représenter une demande supplémentaire de 10 000 mégawatts (MW) en hiver, alors que le réseau fonctionne déjà à plein rendement.

Des joueurs sérieux

Parmi les joueurs sérieux, l’entreprise chinoise Bitmain Technologies a déposé une demande pour venir s’installer au Québec. Les différents projets de Bitmain Technologies nécessiteraient l’achat de plusieurs centaines de mégawatts (MW).

Bitmain Technologies, qui exploite de nombreux centres de forage en Chine, fabrique des pièces informatiques qui servent à forer des cryptomonnaies. L’entreprise privée a dégagé l’an dernier des profits de plus de 3 milliards $ US.

Hydro-Québec soutient que parmi les cinq plus grands joueurs de cryptomonnaies dans le monde, au moins trois d’entre eux ont démontré de l’intérêt pour s’établir au Québec. Actuellement, les centres de forage de cryptomonnaies paient tout près de 5 cents du kilowattheure (kWh) consommé, soit le tarif « LG » d’Hydro-Québec de grande puissance pour les clients non industriels.