/news/currentevents
Navigation

Les médecins investissent dans les armes à feu

La FMOQ détient des titres de fabricants dans son régime de retraite

Le Fonds FMOQ actions internationales détenait au 31 décembre dernier près de 1000 actions du fabricant d’armes Sturm, Ruger & Company. Sur la photo, une employée du fabricant fait une démonstration d’assemblage d’une arme devant des républicains lors d’une visite de l’usine de Newport, dans l’État du New Hampshire, aux États-Unis, en janvier 2012.
Photo d’archives, AFP Le Fonds FMOQ actions internationales détenait au 31 décembre dernier près de 1000 actions du fabricant d’armes Sturm, Ruger & Company. Sur la photo, une employée du fabricant fait une démonstration d’assemblage d’une arme devant des républicains lors d’une visite de l’usine de Newport, dans l’État du New Hampshire, aux États-Unis, en janvier 2012.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que le mouvement de grogne contre les armuriers prend de l’ampleur aux États-Unis, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) continue d’investir dans des titres de fabricants d’armes à feu, a constaté Le Journal.

La FMOQ, qui détient ses propres fonds d’investissements et de retraite pour ses membres, détenait hier des participations dans au moins deux des plus grands fabricants d’armes à feu aux États-Unis.

Selon le site Morningstar, le Fonds FMOQ actions internationales détenait au 31 décembre dernier plus de 5200 actions dans le fabricant d’armes Vista Outdoor, et près de 1000 actions du fabricant Sturm, Ruger & Company.

Au Canada, le Fonds FMOQ actions internationales fait partie des 10 plus gros actionnaires de ces deux fabricants d’armes à feu avec la Banque TD, la Banque CIBC et la Banque HSBC, indique Morningstar.

« Des pinottes »

Joint par Le Journal, le responsable des Fonds FMOQ s’est tout d’abord montré surpris de voir ces titres apparaître au sein du portefeuille international du fonds de retraite des médecins québécois.

« Ça se peut. Le gestionnaire de notre portefeuille international suit une stratégie indicielle. Il suit l’indice », s’est tout d’abord défendu le vice-président des Fonds FMOQ, Jean-Pierre Tremblay, ajoutant que sur 2 milliards $ d’actifs sous gestion, ces placements ne représentaient « que des pinottes ».

Interrogé sur le côté éthique de ces investissements alors que les médecins se réfèrent dans leur pratique au serment d’Hippocrate (règles d’éthique professionnelle), le porte-parole des Fonds FMOQ a tenté de minimiser l’importance de ces placements.

« On essaie de respecter dans tous nos fonds des placements responsables. Mais ce serait un peu mal venu de donner au gestionnaire [NDLR : CIBC] des contre-ordres par rapport au mandat global de suivre l’indice. On va regarder ce que cela représente », a-t-il dit avant de démontrer une ouverture à réviser sa politique de placements.

« Vous me le dites, et honnêtement, je n’en étais même pas conscient. On va demander au gestionnaire si cela a vraiment un impact de retirer ces titres-là de sa stratégie indicielle », a fait valoir M. Tremblay.

Manque de jugement

Selon le gestionnaire de fonds Fabien Major et chroniqueur au Journal, la Fédération des omnipraticiens manque de jugement en continuant à investir dans des titres de fabricants d’armes à feu.

« Je suis très surpris de voir qu’ils ont encore ces titres dans leur portefeuille. Ce n’est pas un débat nouveau. Ils ont pourtant un comité de retraite sérieux. Ils ne sont pas obligés de détenir ces titres », a précisé M. Major.

La pression augmente sur les gestionnaires de fonds

De plus en plus de gestionnaires de fonds décident de larguer leurs investissements dans les fabricants d’armes à feu.

Depuis quelques jours, les titres des plus gros fabricants d’armes à feu sont en chute libre sur les marchés boursiers.

À la Bourse de New York, le titre du fabricant Sturm, Ruger & Company (RGR) a dégringolé de 8 % depuis la fusillade survenue dans une école de Parkland, en Floride, le 14 février.

Le titre du fabricant d’armes Vista Outdoor (VSTO) a lui aussi connu de meilleurs jours. Depuis le 14 février, il a perdu tout près de 8 %, tout comme celui d’American Outdoor Brands (AOBC), en baisse de 4 %.

Des actionnaires de Sturm, Ruger & Company et d’American Outdoor Brands ont d’ailleurs demandé aux dirigeants de ces deux entreprises de détailler les risques financiers liés aux fusillades aux États-Unis.

Plusieurs grands fonds d’investissement, comme BlackRock et BlackStone, ont décidé de réviser leurs politiques d’investissements dans le secteur des armes à feu ainsi que dans les détaillants qui vendent des armes dans leurs magasins, comme Walmart aux États-Unis.

La Caisse sensible

Au Québec, plusieurs grands fonds d’investissement ont indiqué au Journal ne pas avoir de placements liés actuellement avec des fabricants d’armes à feu.

« On est sensible à ce genre d’investissements. Nous n’en avons pas dans nos portefeuilles », a indiqué hier le porte-parole de la Caisse de dépôt et placement du Québec, Maxime Chagnon.

La Caisse dit avoir investi par le passé dans le fonds Cerberus (qui détenait notamment le fabricant d’armes à feu en faillite Remington). « On est sorti de ces placements depuis », a fait valoir M. Chagnon.

Au Fonds de solidarité FTQ, on indique également ne pas détenir des titres de fabricants d’armes, tout comme chez Desjardins.

Ils prennent leurs distances

Plusieurs grandes entreprises liées au puissant lobby des armes à feu, la National Riffle Association (NRA), ont également décidé de prendre leurs distances de l’industrie.

Les loueurs de voitures Hertz et Enterprise (Alamo, National), les assureurs Metlife et Chubb, la société de sécurité informatique Symantec, le transporteur Delta et les hôtels Best Western ne veulent plus être associés à la NRA.

Au pays, la chaîne de magasins de plein air MEC s’est fait demander par certains membres d’abandonner ses liens d’affaires avec Vista Outdoor de l’Utah.

LES FONDS FMOQ

  • Activité : Fonds de retraite des médecins omnipraticiens du Québec
  • Date de création : 1979
  • Nombre de fonds : 9
  • Actifs totaux sous gestion : près de 2 milliards $
  • Nombre de participants : plus de 7000

Source : Fonds FMOQ