/news/transports
Navigation

Incommodés par un navire de guerre coincé dans le port

Le USS Little Rock est prisonnier des glaces à Montréal depuis décembre

Navire militaire américain
Photo Pierre-Paul Poulin Le résident de la Cité-du-Havre Alain Stanké ne supporte plus le bruit causé par les génératrices du navire de guerre américain coincé devant chez lui depuis décembre.

Coup d'oeil sur cet article

Un navire de guerre américain coincé dans les eaux glacées du port de Montréal depuis Noël donne des maux de tête à des résidents du secteur, en raison du vacarme causé par ses génératrices.

« Le bruit est infernal. La nuit, on n’entend que ça et on n’arrive plus à dormir », raconte le journaliste et éditeur bien connu Alain Stanké, en montrant l’imposant bateau militaire stationné devant chez lui, quelque 7 étages plus bas.

Son immeuble à condos de 64 unités situé sur l’avenue Pierre-Dupuy, non loin d’Habitat 67, donne sur le terminal Bickerdike du port de Montréal, où le USS Little Rock est amarré depuis plusieurs semaines.

Dans la glace

Le navire, d’une valeur de 440 M$ US et de 115 mètres de long, qui naviguait en direction de la Floride à partir de Buffalo, a dû s’arrêter à Montréal pour une durée indéterminée, quelques jours à peine après avoir été mis en service.

Le temps glacial du mois de décembre avait accéléré la formation de glace sur le fleuve Saint-Laurent et empêché le vaisseau d’aller de l’avant.

Les autorités ont décidé de le laisser à quai avec ses 70 membres d’équipage jusqu’à ce que les conditions météo s’améliorent, soit normalement vers la fin mars.

Bruyant le jour et la nuit

Or, pour subvenir aux besoins de l’équipage, deux génératrices ont été installées sur le quai en bordure du navire, quelque temps après son amarrage.

Selon M. Stanké, les appareils produisent un bruit assourdissant 24 heures sur 24. Le Journal a pu constater la nuisance sonore sur place.

Les deux génératrices mobiles ont été couvertes de panneaux matelassés.
Photo Pierre-Paul Poulin
Les deux génératrices mobiles ont été couvertes de panneaux matelassés.

« Au début, c’était abominable, dit-il. Je ne comprends pas pourquoi les autorités du port n’ont pas placé le navire à l’écart du secteur résidentiel dès le départ. »

Du côté du port, on indique que le navire a été amarré à cet endroit pour des raisons de sûreté et de sécurité, entre autres, car le courant y est moins fort.

Pour répondre aux plaintes du voisinage, le port de Montréal a fait installer un mur antibruit sur les génératrices début février. Une initiative qui n’a pas été suffisante, selon un autre locataire de l’immeuble.

Mur antibruit

« Le bateau est dans ma chambre à coucher..., déplore Benoît Gagnon. Il y a eu un sondage dans le condo la semaine dernière, et il a été convenu que le problème était encore présent pour ceux qui vivent au-delà du 4e. »

La direction du port a annoncé aux résidents que d’autres ajustements seraient apportés cette semaine pour atténuer le bruit. « Nous continuons à travailler à mettre en place d’autres mesures d’atténuation, et ce, afin d’assurer une cohabitation saine avec les voisins du port », a indiqué par courriel la porte-parole du port de Montréal, Mélanie Nadeau.

Les frais liés à cette opération sont assumés par l’armée américaine.

– Avec Agence QMI


► Le USS Little Rock, un navire de classe LCS (combat côtier) est sorti du chantier maritime de Marinette, dans le Wisconsin, en 2015, et a été mis en service le 16 décembre.