/weekend
Navigation

Miser sur le plaisir avant tout

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir vécu un automne riche en scandales marqué par une vague de dénonciations d’agressions et d’inconduites sexuelles, Hollywood se rassemblera demain soir à Los Angeles pour célébrer, comme à chaque année, le meilleur de son cinéma. Mais alors que plusieurs s’attendent à ce que le mouvement #MoiAussi et les discours féministes monopolisent une partie de la soirée, les producteurs des Oscars ont assuré qu’ils voulaient éviter d’organiser une cérémonie « trop politique ».

« On veut présenter la cérémonie la plus divertissante possible, qui soit respectueuse, mais aussi amusante et émouvante. Les Oscars devraient d’abord et avant tout être un spectacle : du plaisir et des grandes performances », a insisté Jennifer Todd, une des productrices principales du gala, dans les pages du New York Times la semaine dernière.

Cela dit, l’animateur de cette 90e cérémonie des Oscars, Jimmy Kimmel, n’aura pas d’autre choix que de parler de l’éléphant dans la pièce. Tôt ou tard, il devra pousser une blague ou deux sur les nombreux scandales sexuels qui ont éclaboussé Hollywood au cours des derniers mois, dans la foulée de l’affaire Harvey Weinstein.

Jimmy Kimmel
Photo AFP
Jimmy Kimmel

Jimmy Kimmel, qui assure l’animation du prestigieux gala pour une seconde année d’affilée, devrait prendre exemple sur son comparse Chris Rock. Il y a deux ans, Rock avait habilement désamorcé la controverse #OscarsSoWhite (Des Oscars si blancs) dès le début de la soirée avec un monologue d’ouverture très réussi dans lequel il abordait la question de façon drôle, touchante et pertinente.

Kimmel devra aussi revenir sur un autre sujet délicat : le fiasco de l’an passé alors qu’une erreur d’enveloppe avait fait en sorte que l’Oscar du meilleur film avait été remis sur scène à l’équipe du film La La Land quelques secondes avant qu’on annonce en catastrophe que le véritable gagnant était Moonlight. Un an plus tard, parions que l’humoriste de 50 ans ne se gênera pas pour revenir sur cette bourde mémorable.

Des nominations historiques

L’influence du mouvement #MoiAussi sur cette 90e cérémonie des Oscars s’est déjà fait sentir dans l’annonce des nominations, le mois dernier, alors que plusieurs femmes se sont illustrées. D’abord, la réalisatrice Greta Gerwig est passée à l’histoire en devenant la cinquième femme de l’histoire à obtenir une nomination pour l’Oscar de la meilleure réalisation pour son film Lady Bird. En 90 ans, une seule femme a eu l’honneur de remporter ce prix : Kathryn Bigelow, en 2010, pour son film Le démineur.

Greta Gerwig
Photo Sheri Determan
Greta Gerwig

En plus de Gerwig, une autre femme a écrit une page d’histoire cette année, soit la directrice photo Rachel Morrison qui est devenue la première femme à être nommée pour l’Oscar de la meilleure direction de la photographie pour son travail dans le film Mudbound.

Rachel Morrison
Photo AFP
Rachel Morrison

Sinon, rappelons que c’est La forme de l’eau, le plus récent film du cinéaste mexicain Guillermo del Toro (Le labyrinthe de Pan), qui fait figure de favori avec un total de 13 nominations, notamment dans les catégories les plus prestigieuses (meilleur film, meilleure réalisation, meilleur scénario original). Il est suivi par les films Dunkerque (8 nominations) et Trois affiches tout près d’Ebbing, Missouri (7 nominations).

<i>La forme de l’eau</i>
Photo courtoisie
La forme de l’eau

►La 90e cérémonie des Oscars sera présentée demain soir à 20 h sur les ondes de CTV.