/investigations
Navigation

Plainte pour blanchiment international

L’avocat réputé William Bourdon dénonce les investissements de proches de despotes africains au Québec

Devanture bâtiments
Photo d’archives, Pierre-Paul Poulin La tour Exalto de Devimco, dans Griffintown. Une compagnie d’un beau-frère du président tchadien Idriss Déby y a acquis 10 condos d’un coup pour 3,1 M$ en 2016.

Coup d'oeil sur cet article

Le célèbre avocat anticorruption William Bourdon dépose une plainte au Canada contre une vingtaine de politiciens et de hauts gradés de régimes corrompus d’Afrique, qui ont investi plus de 30 M$ dans l’immobilier au Québec.

Il vise tous les individus que mentionnait le vaste dossier de notre Bureau d’enquête en juin dernier. Son association anticorruption, Sherpa, travaille de concert avec la Coalition Biens mal acquis (BMA) Canada, regroupant des Canadiens originaires de différents pays africains concernés par l’affaire.

William Bourdon est l’avocat qui a fait condamner à Paris le vice-président de Guinée équatoriale, Teodorin Obiang, pour corruption, détournement de fonds et blanchiment d’argent, et obtenu la saisie de ses biens. Il a lancé des procédures semblables contre les dirigeants du Congo-Brazzaville et du Gabon.

« Les engagements internationaux du Canada, ceux de son premier ministre, imposent l’ouverture d’une enquête qui permettra la saisie des biens et leur restitution, et la poursuite de leurs bénéficiaires », a déclaré William Bourdon, en entrevue avec notre Bureau d’enquête.

William Bourdon<br>
<i>Fondateur de  Sherpa</i>
Photo AFP
William Bourdon
Fondateur de Sherpa

Achats suspects

Le chasseur de « biens mal acquis » insiste : les autorités ont maintenant assez d’informations pour enquêter sur la façon dont ces investisseurs ont financé leurs achats. Elles ont même l’obligation de le faire, en vertu des conventions anticorruption qu’a signées Ottawa.

« Il est incontestable que la valeur de ces patrimoines immobilier et mobilier, parfois de l’ordre de plusieurs millions de dollars, est sans commune mesure avec les salaires dont bénéficient leurs propriétaires, écrit William Bourdon dans sa plainte. Ce déséquilibre conduit nécessairement à s’interroger sur l’origine des fonds et constitue un motif raisonnable de croire que les avoirs sont le fruit d’actes illégaux. »

« Le parquet de Paris, il y a plus de 10 ans, avait ouvert une enquête sur des éléments de preuve qui étaient moins abondants que ceux présentés aujourd’hui au Québec », insiste l’avocat en entrevue.

Selon William Bourdon, la GRC devrait aussi enquêter sur les notaires et avocats québécois ayant aidé ces investisseurs à mettre la main sur leurs propriétés, la plupart du temps sans hypothèque. « Tout suggère que ces opérations constituent du blanchiment d’argent. »

Plaignants au Canada

Avec cette plainte, l’avocat vient épauler la Coalition Biens mal acquis.

Ce regroupement de Canadiens originaires de divers pays d’Afrique francophone souhaite pousser les autorités à enquêter sur certains investisseurs qu’a identifiés notre Bureau d’enquête.

« On n’a pas les moyens de consulter des avocats, dit Tchadaoubaye Natolban, un Montréalais d’origine tchadienne membre de la Coalition. Sherpa, ce sont des experts. Une porte s’est ouverte quand l’association a accepté de travailler avec nous. »

Pour la suite des choses, la Coalition BMA Canada souhaite sensibiliser les parlementaires canadiens à la situation, en organisant notamment une conférence et en lançant une pétition.

« Ces gens-là sont poursuivis par plusieurs pays en Europe. Ils cherchent des endroits sécuritaires où ils peuvent blanchir leur argent. Le Canada est un pays où ils peuvent le faire sans brouille, dit Raoul Didier Maboundou, originaire du Congo-Brazzaville. Nous, on ne veut pas le leur permettre. »

Six pays mentionnés par Sherpa Tchad

William Bourdon demande à la GRC d’enquêter sur le patrimoine immobilier de plusieurs membres de la belle-famille du président Idriss Déby et d’un de leurs collaborateurs camerounais. Ensemble, ils ont tous contrôlé divers leviers financiers du Tchad, dont la société pétrolière nationale et le trésor public. Ce clan a investi près de 9 M$ à Griffintown et à l’Île-des-Sœurs de 2012 à 2016.

Congo-Brazzaville

Sherpa réclame aussi une enquête sur le fils adoptif du président congoloais. William Nguesso s’est vu refuser l’immigration au Canada, un juge fédéral lui reprochant d’être «membre d’un clan familial mafieux» et d’avoir détourné des millions du trésor public de son pays. La plainte vise aussi le puissant ministre Jean-Jacques Bouya et trois autres individus liés au régime.

Gabon

L’association vise aussi un sénateur et le président de l’autorité de régulation des télécommunications de ce pays. Ce dernier est aussi le conjoint de Marie-Madeleine Mborantsuo, présidente de la Cour constitutionnelle du Gabon et ex-compagne d’Omar Bongo, l’ancien président du pays. Selon les autorités financières françaises, elle aurait réalisé «d’énormes retraits ou dépôts en espèces», notamment au Canada, rapportait Le Canada enchâiné en mars 2017. La plainte vise aussi un le patron du fisc au pays.

Algérie

Sherpa presse la GRC d’enquêter sur les neveux de l’ancien ministre des Affaires étrangères algérien, Mohammed Bedjaoui. L’un d’eux, Farid Bedjaoui, est recherché par Interpol pour corruption massive en Algérie et en Italie. Les trois frères ont transigé pour plus de 17 M$ en propriétés de luxe au Québec.

Burkina Faso

La plainte de Me Bourdon mentionne également un avocat emprisonné en 2016 après avoir été reconnu coupable d’avoir participé à un putcsh raté en 2015. Quelques mois après sa libération, il mettait la main sur une copropriété dans le quartier Saint-Henri.A

Sénégal

Sherpa s’attaque aussi à des proches du fils de l'ancien président Abdoulaye Wade: un ancien ministre et un ami de son fils condamné pour corruption, reconnu coupable de lui avoir servi de prête-nom pour détourner l’équivalent de 165 M$.


Vous avez des informations, contactez-moi :