/opinion/blogs/columnists
Navigation

Quand c'est une femme, est-ce moins pire ?

Quand c'est une femme, est-ce moins pire ?

Coup d'oeil sur cet article

Chantal Rouleau, la mairesse de Pointe-aux-Trembles et candidate de la CAQ aux prochaines élections a été accusée de voies de fait dans une affaire de violence conjugale en 2013.

Madame Rouleau a été acquittée, faute de preuves, neuf mois après l’accusation. Neuf mois pendant lesquels les médias l’ont laissée tranquille. Il n’y a pas eu de scandale.

Dossier clos donc mais l’affaire est ressortie quand madame Rouleau a annoncé sa candidature pour la CAQ. C’est normal. Elle n’a jamais essayé de cacher cet épisode de sa vie.

MAIS

Selon vous, dans le climat actuel, si Chantal Rouleau avait été un homme accusé de violence conjugale et acquitté ‘faute de preuves ’ que serait-il arrivé au moment d’annoncer sa candidature ?

Cela aurait fait la une des journaux ?

Il aurait été jeté aux loups par l’opinion publique ?

Il aurait été contraint de renoncer ?

Il aurait pu continuer sa carrière politique comme si de rien n’était ?

Dans le climat actuel, je pense que même l’acquittement de notre politicien fictif aurait paru suspect aux yeux de certaines et que notre homme aurait eu de la difficulté à rester en selle.  

Je me trompe peut-être mais la question me taraude : Chantal Rouleau a-t-elle été mieux traitée parce qu’elle est une femme ?

Je le crois.

Est-ce juste ?

Non.

La présomption d’innocence doit être accordée à tous et à toutes.