/news/politics
Navigation

Tordeuse des bourgeons de l’épinette: Irving a fait un lobbying intensif

Coup d'oeil sur cet article

La compagnie Irving, au Nouveau-Brunswick, a fait un lobbying intensif dans l’année qui a précédé l’annonce d’une aide fédérale de 75 millions de dollars aux provinces de l’Atlantique pour combattre la tordeuse des bourgeons de l’épinette, une somme à laquelle le Québec n’aura pas droit.

Une recherche effectuée par le Parti québécois révèle que les lobbyistes de la compagnie néo-brunswickoise, très présente notamment dans l’industrie forestière, ont rencontré des membres du gouvernement Trudeau, des employés politiques ou des fonctionnaires à 31 reprises au cours de la dernière année pour parler de la foresterie.

La ministre de la Santé Ginette Petitpas Taylor, le ministre de l’Agriculture Lawrence MacAulay et le ministre des Anciens Combattants Seamus O’Regan (tous députés de provinces de l’Atlantique) ont notamment été rencontrés par des représentants d’Irving sur le sujet.

D’ailleurs, 16 lobbyistes d’Irving ont inscrit la tordeuse des bourgeons de l’épinette à leur mandat.

Le Québec exclu

Dans son budget dévoilé mardi, le gouvernement fédéral a annoncé une somme de 74,75 millions afin de «prévenir la propagation» de l’insecte ravageur dans les provinces de l’Atlantique. Le montant sera assumé à 60 % par le gouvernement fédéral, le reste provenant des provinces et de l’industrie forestière.

À Québec, le cabinet du ministre de la Forêt, Luc Blanchette, s’est dit «surpris et un peu déçu» d’apprendre la nouvelle lors du dépôt du budget Morneau, sans avoir été consulté au préalable.

Lobbying

«Le lobby [d’Irving] est extrêmement puissant, efficace, et a beaucoup d’entrées à Ottawa, contrairement au Québec, qui est peu ou pas écouté», dénonce le critique péquiste en matière de forêts, de faune et de parcs, Sylvain Roy.

Il en tient responsable le ministre Blanchette. «Il n’a pas fait son travail et n’a pas eu l’audace d’aller revendiquer à Ottawa», dit Sylvain Roy.

Au cabinet du ministre, on rappelle que celui-ci a envoyé deux lettres au gouvernement fédéral au sujet de la tordeuse des bourgeons de l’épinette, en plus de rencontrer le ministre canadien des Ressources naturelles «à au moins une reprise».

L’attaché de presse du ministre Blanchette, Youann Blouin, ajoute que le gouvernement Couillard n’a toujours pas reçu d’explications sur l’absence du Québec dans ce programme.

Les appels et courriels du Journal au cabinet du ministre fédéral des Finances sont également restés sans réponse.