/news/education
Navigation

Trop d’élèves à cause d’un manque de planification

La surpopulation dans les écoles arrive au secondaire. L'école S
Photo Dominique Scali

Coup d'oeil sur cet article

La surpopulation dans les écoles secondaires de Montréal est due à un « échec de planification » de Québec, dénonce l’opposition.

« C’est désespérant qu’on n’ait pas vu venir la vague. C’était évident que les élèves allaient finir par arriver au secondaire », dit Jean-François Roberge, de la Coalition avenir Québec (CAQ).

Le phénomène des écoles primaires qui débordent dans la métropole a fait couler beaucoup d’encre ces dernières années. Et voilà maintenant que la surpopulation fait son entrée au secondaire, publiait Le Journal, jeudi.

Dans le couloir

C’est le cas à Sophie-Barat, dans l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville, où les élèves mangent dans les couloirs, faute de places dans la cafétéria.

« C’est inadmissible », s’indigne Carole Poirier, du Parti québécois, qui parle d’un « échec de planification » du ministère de l’Éducation.

Les trois partis de l’opposition croient que le ministère devrait revoir sa façon de calculer les prévisions du nombre d’élèves pour mieux tenir compte de l’arrivée des immigrants et des ensembles résidentiels.

« Je ne crois pas que ce soit de l’incompétence de la part des fonctionnaires. Je crois plutôt que c’est une commande qui vient d’en haut », dit le député Jean-François Roberge.

Selon lui, Québec garde des critères stricts pour refuser des projets d’agrandissement des commissions scolaires.

De son côté, le ministère dit être conscient de l’important besoin d’espace et être en train de travailler à améliorer la situation. Les projets d’ajout d’espace retenus feront l’objet d’une annonce le printemps prochain.