/sports/football
Navigation

Baker Mayfield, un leader incompris

Les coéquipiers du quart de l’Université de l’Oklahoma se portent à sa défense

Baker Mayfield a été productif avec les Sooners, mais certains comportements sur le terrain et en dehors soulèvent des questions.
Photo d'archives, AFP Baker Mayfield a été productif avec les Sooners, mais certains comportements sur le terrain et en dehors soulèvent des questions.

Coup d'oeil sur cet article

INDIANAPOLIS | Personne ne doute du talent monstrueux de Baker Mayfield. Le quart-arrière des Sooners de l’Université de l’Oklahoma traîne pourtant une réputation négative à la suite de quelques incidents qui ne le dépeignent pas à sa juste valeur, selon ses coéquipiers.

En dehors du terrain, le controversé athlète a créé tout un remous en étant arrêté il y a un an pour intoxication publique, mauvaise conduite et avoir résisté à son arrestation.

Sur le terrain, Mayfield a quelques fois provoqué ses adversaires à outrance, notamment lorsqu’il a planté le drapeau des Sooners au milieu du terrain des Buckeyes d’Ohio State après une victoire.

Face aux Jayhawks de Kansas, Mayfield a encore une fois fait des vagues en s’agrippant la fourche pour narguer ses rivaux, qui s’étaient montrés trop physiques à son goût contre lui.

Malgré ses quelques frasques, Mayfield a toujours été reconnu pour livrer la marchandise dans les grands moments, terminant la dernière campagne avec 43 passes de touchés et 70,5 % de ses passes complétées.

«Je crois qu’il devrait être le premier choix de ce repêchage. Je ne suis pas biaisé, je sais à quel point c’est un compétiteur», a mentionné jeudi son coéquipier, le centre-arrière Dimitri Flowers, au Journal.

Un leader émotif

Ceux qui ont partagé le vestiaire et les triomphes avec lui semblent légitimement frustrés du portrait que plusieurs ont fait de Mayfield. Certains ont même poussé la note jusqu’à le comparer à l’inimitable Johnny Manziel, incorrigible fêtard récemment repenti.

«Je ne cache pas que certains de ses gestes pouvaient être discutables. Ses émotions ont parfois pris le dessus, mais c’est la vie au football. Sans vouloir vous offenser, les médias font parfois tout un plat avec pas grand-chose. Je connais Baker, je l’ai côtoyé pendant quatre ans, donc je sais qui il est vraiment. Il est très énergique et c’est souvent ce qu’il faut pour créer une étincelle dans une attaque», a réagi Flowers.

Une bonne personne

Pour son bloqueur Orlando Brown, nul doute que Baker Mayfield saura rallier les troupes autour de lui dans la NFL.

«Vous pouvez demander à n’importe qui le connaissant le moindrement et tous vous diront du bien de lui.

«C’est une question de perception. Le joueur qu’il est sur le terrain ne représente pas forcément le gars qu’il est dans la vie. Il est notre capitaine et il fait tout pour regrouper tout le monde dans le vestiaire. Il a joué un grand rôle dans le succès de notre programme et il possède toutes les qualités qu’un entraîneur peut rechercher chez un quart-arrière partant.»