/sports/soccer/impact
Navigation

Mancosu est confiant

Il croit qu’il peut rebondir après une saison 2017 difficile

SPO - SAMUEL PIÈTE
Photo Martin Alarie Matteo Mancosu se dit confiant de connaître une bonne saison 2018.

Coup d'oeil sur cet article

Même s’il n’a pas connu une saison 2017 à la hauteur des attentes et que son camp d’entraînement n’a pas vraiment été de nature à rassurer les sceptiques, Matteo Mancosu aborde 2018 avec confiance.

« Je me sens mieux physiquement, je peux jouer à ma manière et courir beaucoup. J’ai marqué à l’entraînement », a-t-il déclaré dans un anglais encore un peu bancal.

Malgré une récolte de seulement 6 buts et 2 passes en 26 matchs l’an passé, le vétéran de 33 ans affirme ne pas avoir plus de pression sur les épaules.

« Il y a de la pression chaque année sur les attaquants, il n’y en a pas plus cette année. »

Changement positif

On le répète, Rémi Garde mise sur un bloc défensif collectif qui va jouer plus bas, ce qui n’est pas pour déplaire à Mancosu qui pourrait y trouver son compte.

Il pourrait en effet profiter du fait que l’adversaire se retrouve plus loin en territoire de l’Impact pour se trouver de l’espace derrière les défenseurs.

« On a l’espace et le temps pour aller plus en profondeur, estime Mancosu. Nacho [Piatti] peut aussi entrer au centre et créer de l’espace pour Raheem [Edwards]. »

L’attaquant adhère lui aussi à la doctrine défensive prêchée par son nouvel entraîneur.

« L’entraîneur veut que nous soyons meilleurs défensivement et nous devons nous concentrer à bien travailler défensivement en premier. »

Ignacio Piatti se dit lui aussi à l’aise dans le nouveau système défensif implanté cette année, rappelant que ça pourrait faire la différence à la fin de la saison.

« On a perdu beaucoup de points dans les derniers moments d’un match l’an passé et si on ne les avait pas perdus, on aurait fait les séries. »

Trois ou quatre

Piatti, qui a récolté 17 buts et 6 passes en 2017, sait qu’il va encore une fois porter les espoirs offensifs de l’équipe.

Le milieu de terrain argentin ne s’en formalise pas, bien au contraire, rappelant que c’est une pratique courante au soccer de compter sur une poignée d’individus pour animer l’attaque d’une équipe.

« Nous devons marquer et les quatre ou cinq autres doivent défendre. C’est comme ça dans toutes les équipes, le travail de marquer des buts revient à trois ou quatre joueurs. »

Il a rappelé que même si on insiste beaucoup sur l’aspect défensif, l’équipe n’a pas eu de difficulté à marquer en matchs préparatoires avec quatre rencontres de deux buts chacune.

« Je ne suis pas inquiet, on a bien fait pendant les matchs amicaux en Floride. »

Souvenir de Vancouver

Pour ce qui est du premier match de la saison, dimanche, Nacho aimerait bien revivre le même scénario que lors de la première rencontre de la saison 2016, qui avait aussi été disputée à Vancouver.

« Je me rappelle notre premier match de la saison à Vancouver il y a deux ans. On a gagné 3 à 2 là-bas et j’espère rapporter un bon résultat à la maison. »

Piatti a raison d’avoir de bons souvenirs de ce match puisqu’il avait récolté deux buts et une passe.

Et quelles sont ses attentes pour sa quatrième saison complète dans le maillot bleu-blanc-noir ?

« Mes attentes sont les mêmes chaque année, je veux marquer des buts, aider les autres à en marquer et porter le groupe pour remporter la coupe. »