/news/education
Navigation

Menace de grève dans le transport scolaire

Autobus
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

LAVAL – Plus de 8000 élèves du Québec pourraient être touchés par un débrayage maintenant que plusieurs syndicats de chauffeurs ont voté pour des mandats de grève générale illimitée.

Quelque 120 salariés de quatre transporteurs scolaires desservant six commissions scolaires (Montérégie, Laval, Montréal et l’Ouest-de-l’Île) déplorent les conditions de travail difficiles dans cette industrie.

Selon le syndicat des Teamsters, le gouvernement Couillard qui a consenti à une faible hausse de 1,43 % pour l’enveloppe monétaire versée aux commissions scolaires doit rapidement trouver une solution qui éviterait des «conflits de travail acrimonieux».

«Les offres salariales proposées à tous nos membres ont été très mal accueillies, a expliqué le président de la Section locale 106 des Teamsters, Jean Chartrand, dans un communiqué. Le gouvernement du Québec devra se pencher sur ce dossier en priorité s’il veut éviter de porter l’odieux du déclenchement de plusieurs grèves qui pourraient paralyser de nombreuses commissions scolaires et perturber les horaires des parents des élèves.»

Le syndicat soutient que ses membres gagnent en moyenne moins de 25 000 $ par année, et ce, alors qu’ils sont soumis à «des routes qui laissent à désirer, [au] stress de devoir conduire dans les bouchons de circulation, [au] manque de respect des autres usagers de la route à l’égard des autobus scolaires, [au] comportement des élèves et [aux] horaires coupés».

Les transporteurs concernés sont Autobus Mistral, qui dessert les commissions scolaires de Laval, Autobus Lucien Bissonnette (commissions scolaires des Trois-Lacs et Lester-B.-Pearson) ainsi qu’Autobus Rive-Sud division Longueuil et Autobus Rive-Sud division Sainte-Julie.