/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Quand Netflix pousse au meurtre

Coup d'oeil sur cet article

Quand j’ai vu que Netflix présentait une téléréalité dans laquelle des citoyens ordinaires se faisaient manipuler pour commettre un meurtre, je me suis dit qu’on avait vraiment atteint le fond du baril.

Comment peut-on se «divertir» avec un sujet aussi sérieux­­­ que la possibilité d’assassiner un être humain? Il n’y a donc plus rien de sacré?

Mais après avoir vu l’émission controversée The Push, j’avoue que je suis ébranlée. Cette émission est une expérience sociale extrêmement dérangeante... et pas du tout inintéressante.

LE JEU DE LA MORALE

The Push, accessible depuis trois jours sur Netflix, est un concept du mentaliste britannique Derren Brown, une sorte de Messmer de la psychologie qui n’hypnotise pas ses cobayes, mais les manipule habilement pour leur faire faire ce qu’il veut.

Brown, avec son équipe de 70 figurants et à l’aide de 50 caméras cachées, place un individu (qui ne sait pas qu’il est filmé) dans une situation où il subit une pression sociale. Petit à petit, il se laisse convaincre de commettre des gestes de plus en plus graves.

Jusqu’à ce qu’on lui dise qu’il faut qu’il tue un homme, qui ne lui a rien fait.

Cette émission qui donne froid dans le dos pose la question ultime : «La pression sociale peut-elle nous pousser à tuer?»

Ça peut sembler exagéré, mais dans notre univers où tout le monde pense pareil, où tout le monde fait comme son voisin «parce que c’est comme ça que ça se fait», juste par souci de conformité sociale, pourquoi est-ce qu’un leader un peu manipulateur n’arriverait pas à nous convaincre qu’il faut tuer X ou Y?

The Push fait évidemment penser à l’expérience Milgram, du nom du scientifique américain qui l’avait tentée dans les années 1960. Stanley Milgram avait soumis 40 personnes à des ordres d’une personne en autorité et 25 avaient obéi... et infligé des tortures (virtuelles) à de purs inconnus.

MORT EN DIRECT

Alors, à la fin, est-ce que le candidat de The Push commet l’irréparable? Est-ce qu’il pousse en bas d’un building cet homme qu’on lui dit de tuer? Je ne vous révélerai pas le punch. Mais je peux vous dire que ce n’est pas très reluisant pour les trois quarts de l’humanité...

Oui, cette émission fait un spectacle de la manipulation humaine. Oui, ça soulève de nombreuses questions de morale. Mais c’est une émission à voir justement parce que c’est dérangeant!

Essentiellement, ce à quoi veut nous faire réfléchir Derren Brown, c’est à notre propre «conformité sociale».

On se pète les bretelles en se disant qu’on a notre «libre arbitre», mais à quel point sommes-nous influençables?

Est-ce que nous aussi, on se fait mener par le bout du nez, que ce soit par une vedette, un leader religieux, un proche, une entreprise ou un chef politique?

Comme Brown le dit lui-même à la fin de l’émission, il s’agit de comprendre «comment on peut forcer des candidats à commettre des actes qui vont contre leurs valeurs, leur morale et même leur personnalité».

Ce qui fait peur, c’est de voir à quel point la majorité des êtres humains ont de la difficulté à dire «non».

Sommes-nous tous des moutons?