/sports/others
Navigation

Raphaël Gagné à l’assaut de l’Afrique du Sud

Le cycliste participera à deux compétitions ce mois-ci

Les huit étapes du Cape Epic comporteront un total de 658 kilomètres avec quatre étapes consécutives de plus de 100 kilomètres et un dénivelé de 13 530 mètres.
Photo d'archives, Pascal Huot Les huit étapes du Cape Epic comporteront un total de 658 kilomètres avec quatre étapes consécutives de plus de 100 kilomètres et un dénivelé de 13 530 mètres.

Coup d'oeil sur cet article

Raphaël Gagné participera à la course par étapes de vélo de montagne Cape Epic qui se déroulera du 18 au 25 mars en Afrique du Sud.

Sa formation Omx Pro Team qui est basée au Royaume-Uni a confirmé la nouvelle, vendredi. Gagné fera équipe avec son coéquipier Martin Gluth qui a vécu l’expérience à deux reprises dans le passé.

« C’est une grosse affaire, a affirmé Gagné qui prendra le départ auparavant de la première Coupe du monde les 11 et 12 mars en Afrique du Sud, où il se trouve déjà. C’est le rêve de tout cycliste amateur incluant les coureurs du circuit de la Coupe du monde de prendre part à cette épreuve qui est la plus grosse course par étapes en vélo de montagne au monde. »

Même s’il s’agira de sa première expérience, Gagné est confiant en ses moyens. On parle d’étapes de 80 à 100 kilomètres par jour. « Ça ne me fait pas peur, a-t-il assuré. Ce n’est quand même pas le Tour de France avec des étapes de six à huit heures par jour. La Coupe du monde va nous servir de préparation. Le mois de mars est habituellement un bon bloc d’entraînement. Le vélo de montagne est un sport individuel, mais, dans ce cas-ci, on doit rester ensemble jusqu’au fil d’arrivée puisque c’est le temps du deuxième qui compte. »

Tour de Beauce

Dans le passé, Gagné a pris le départ de quelques éditions du Tour de Beauce. « À l’époque, on faisait six étapes au lieu de cinq comme c’est le cas actuellement, a-t-il souligné. J’ai terminé le Tour de Beauce les deux fois que j’ai pris le départ. On roulait de trois à quatre heures par étape. Les exigences physiques entre les deux épreuves sont sensiblement les mêmes. À ma deuxième participation en Beauce, j’avais obtenu un résultat intéressant au classement général. »