/sports/football
Navigation

Un oiseau rare

Baker Mayfield n’a pas envie d’être politiquement correct

SPO-FBC-ROSE-BOWL-GAME---OKLAHOMA-V-GEORGIA
Photo d'archives, AFP Baker Mayfield n’a pas tenté de polir son image outre mesure devant les médias.

Coup d'oeil sur cet article

INDIANAPOLIS | Baker Mayfield n’a jamais fait de compromis quant à sa personnalité unique lorsqu’il a fait la pluie et le beau temps à Oklahoma, sur la scène universitaire. Il n’allait pas commencer à sa première grande vitrine devant la NFL, au Combine à Indianapolis.

Mayfield a refait le point sur quelques incidents ou moments corsés qui ont ponctué son parcours. Mais là où plusieurs auraient tenté de plaider le grand éveil à la maturité, le produit des Sooners a plutôt opté pour une franchise brute qui n’a jamais paru forcée.

« Vous pouvez vous fier à l’image dépeinte dans les manchettes, mais je ne suis qu’un passionné qui adore le football. J’ai toujours été brutalement honnête. Ça rend certaines personnes inconfortables parce que c’est rare de nos jours, mais je suis moi-même », a-t-il expliqué.

Les adeptes du politiquement correct seront assurément mal servis avec Mayfield. Ceux qui prônent un discours hors des sentiers battus, cependant, seront séduits par ce producteur de citations en série !

Pas de détour

Appelé à se prononcer sur la possibilité de devenir l’héritier du trône des misérables Browns de Cleveland, Mayfield a démontré toute la confiance qui l’habite.

« Premièrement, ils mettraient la main sur un gagnant. Si quelqu’un peut transformer cette franchise, c’est bien moi ! Je les replacerais dans la bonne direction. Ils sont près du but. Ils ont les bons morceaux. Tout ce qu’il manque, c’est le quart-arrière », a-t-il lancé tout bonnement.

Et si tous les quarts-arrière mentionnent habituellement qu’ils accepteront volontiers d’apprendre derrière un partant établi, Mayfield a vite balayé ce scénario.

« Peu importe où je me retrouverai, je n’accepterai pas d’être un réserviste. Ça n’a jamais été mon genre et ça ne le sera jamais. Je vais pousser la personne devant moi et que le meilleur gagne ! »

« En même temps, je n’arriverai pas dans un vestiaire en faisant comme si j’avais tout vécu. Certains me perçoivent comme étant arrogant, mais ce n’est pas le cas. Je suis juste confiant. »

Fougue contagieuse

Sur le terrain, Mayfield joue avec une fougue hors du commun. Ses émotions ont parfois pris le dessus, mais il estime que ce trait de caractère fait de lui un rassembleur.

« Si je veux devenir un quart de franchise, il y a certaines choses que je ne pourrai pas faire, mais je serai toujours compétitif et passionné.

Il faut tracer la ligne pour ne pas manquer de professionnalisme, mais en même temps, les grands quarts-arrière sortent de la marge et jouent avec émotion. Qu’il s’agisse de Brady, Rodgers ou Rivers, plusieurs des meilleurs sont comme ça. C’est une attitude qui rejoint les autres autour de toi. »