/misc
Navigation

Barrette-Couillard contre Legault-le-brouillon

Periode des questions
Photo Agence QMI, Simon Clark Le premier ministre « tient beaucoup à son tandem Barrette-Couillard », insistait malicieusement le critique caquiste François Paradis, hier.

Coup d'oeil sur cet article

C’est Gaétan Barrette qu’on aurait dû expédier en mission à l’étranger, se disaient des stratèges libéraux cette semaine.

Pas Philippe Couillard, en France depuis hier soir pour une semaine ; ou Lise Thériault, dont l’important portefeuille — protection des consommateurs — l’obligeait évidemment à aller « en mission » à Londres, Bruxelles et Genève du 25 février au 4 mars. (!?)

Le ministre de la Santé, le plus impopulaire du gouvernement, était bien présent, lui, dans cette première de deux semaines de relâche parlementaire.

Il a, encore une fois, fait systématiquement les manchettes, eu à commenter tout, tous azimuts : dénonciation, par les jeunes médecins, de l’entente avec les spécialistes ; attaques de l’Ordre des infirmières ; rencontre tendue avec la FIQ, etc.

Enquêtes

Deux enquêtes ont même été annoncées dans des dossiers liés à la santé, hier.

La Commission d’accès à l’information enquêtera sur l’exploitation à des fins commerciales des dossiers médicaux informatisés.

Dans la foulée de l’émission Enquête à Radio-Canada, la commissaire à l’éthique a annoncé qu’elle se pencherait, comme le PQ l’avait demandé, sur l’implication possible de M. Barrette dans le report, pour des raisons politiques, d’un projet de soins pédiatriques à l’Hôpital Pierre-Boucher.

Une enquête c’est bien, mais trois, c’est mieux, s’est dit le caquiste François Paradis, en matinée. Pour examiner l’affaire de l’Hôpital Pierre-Boucher, la CAQ demandera au commissaire au lobbyisme et à la vérificatrice générale de s’intéresser au dossier.

Boulet

La santé, comme jamais, est le boulet de ce gouvernement.

Selon le sondage Léger dont nous dévoilons les résultats ce matin, 53 % des sondés estiment que depuis 15 ans (bref, depuis que les libéraux sont au pouvoir) le système de santé s’est détérioré.

Pis encore : pas moins de 66 % des sondés estiment que Gaétan Barrette « a fait un mauvais travail » depuis 2014.

Cela explique pourquoi la CAQ tente de coller avec une Krazy Glue mentale Philippe Couillard et son ministre repoussoir. « Le premier ministre [...] tient beaucoup à son tandem Barrette-Couillard », insistait malicieusement le critique caquiste François Paradis, hier.

En réponse, il faut le dire, ni Philippe Couillard ni Gaétan Barrette ne se défilent. Tout ce que nous a appris l’émission Enquête, s’est amusé le ministre de la Santé, « c’est que je prends des décisions ».

Quant au premier ministre, il réclame qu’on cesse ce qu’il qualifie d’« attaques personnelles ». Et soutient que « depuis des années, [M. Barrette] a probablement l’un des meilleurs bilans en accès au service qu’on ait vu au Québec ». Ah, l’assurance imperturbable des médecins en politique !

Brouillon

Les chiffres, cependant, n’ont jamais été aussi mauvais pour les libéraux : la CAQ se maintient à 37 % des intentions de vote. Que faire ? Attaquer Legault, le « définir » comme brouillon, opportuniste, n’étant pas prêt à gouverner.

« Les Québécois vont te pardonner d’être corrompu, mais n’accepteront jamais que tu sois brouillon et mal préparé », confie crûment un stratège libéral.

Dans l’entourage de Philippe Couillard, on tient à jour une liste de « faux pas » de Legault. Évidemment, on caricature chaque élément : le troisième lien à Québec construit en moins de quatre ans ; la péréquation éliminée dans le premier mandat ; démolition du pont de Québec ; piger dans le Fonds des générations, etc.

Dernier en date : la promesse de Legault d’annuler le contrat du REM afin de donner la fabrication des wagons à l’usine Bombardier de La Pocatière.

« Tout le monde sait que c’est du racolage de bas étage », rage mon interlocuteur, qui finit par se réjouir : « Au fond, qu’il continue, ça va devenir facile de démontrer qu’il n’est pas prêt à gouverner ! »