/sports/soccer/homepage
Navigation

MLS: le Toronto FC et les autres

Les équipes de l’Est fourbissent leurs armes

Sebastian Giovinco, surnommé « la Fourmi atomique », sera encore l’un des animateurs de l’attaque du Toronto FC.
Photo d'archives, AFP Sebastian Giovinco, surnommé « la Fourmi atomique », sera encore l’un des animateurs de l’attaque du Toronto FC.

Coup d'oeil sur cet article

Benjamin Franklin disait qu’il n’y avait que deux certitudes dans la vie, la mort et les impôts. On pourrait en ajouter une troisième, la présence du Toronto FC au sommet de l’Association Est de la Major League Soccer.

Finaliste en 2016 et champion de la Coupe MLS en 2017, l’équipe de la Ville-Reine sera à nouveau en haut de classement et luttera à nouveau pour le championnat de la ligue.

On a grandement vanté la profondeur de l’équipe de Greg Vanney et c’est encore plus vrai cette saison.

On voit mal comment d’autres formations seront armées pour lutter avec le TFC pendant huit mois.

Ça se bouscule

Cela dit, on devrait assister à une fort belle lutte derrière parce que plusieurs formations ont fourbi leurs armes.

Il y a d’abord le New York City FC qui devrait encore flirter avec le sommet, mais n’oublions pas Atlanta, qui est tout aussi sérieux qu’à sa première saison.

Le Fire de Chicago a fait peu de changements pendant l’hiver, mais présentait une formation intéressante l’an passé. On a misé sur la continuité. C’est un tantinet audacieux dans une association qui est en constante ébullition, mais ça peut fonctionner.

Parlons maintenant d’Orlando, qui pourrait voir son rêve de séries finalement exaucé. Oui, Kaká et Cyle Larin sont partis, mais on amène un certain Sacha Kljestan, qui pourrait animer le milieu de terrain et confirmer les ambitions floridiennes.

La lutte

On risque d’assister à une chaude lutte pour la dernière place en séries éliminatoires puisqu’il y aura plusieurs aspirants.

L’Impact fait partie de ce groupe d’équipes qui voudront obtenir ce dernier laissez-passer. Tout sera une question de profondeur pour déterminer si l’équipe de Rémi Garde pourra poursuivre sa saison au-delà de la dernière fin de semaine d’octobre.

La lutte devrait se faire avec le Crew de Columbus, dont l’avenir demeure très incertain, les Red Bulls de New York et peut-être l’Union de Philadelphie, une équipe toujours plus énigmatique d’une saison à l’autre.

Le Revolution de la Nouvelle-Angleterre n’a rien pour lui en ce début de saison, d’autant plus que sa principale vedette, Lee Nguyen, veut quitter la barque pour des pâturages plus verts.

Quant au D.C. United, il pourrait au moins se réjouir de quitter le vieux RFK Stadium pour le tout nouveau Audi Field. C’est déjà ça de pris.

Parce que sur le terrain, on ne voit pas comment D.C. pourrait être plus divertissant que le plus connu des résidents de Washington, Donald Trump.

 

Atlanta

4e, 20-5-9, 55 points

Ils arrivent : Franco Escobar (D), Jose Hernandez (D), Darlington Nagbe (M), Gbenga Arokoyo (A), Ezequiel Barco (M), Sal Zizzo (D)

Ils sont partis : Carlos Carmona (M), Jacob Peterson (A), Yamil Asad (M), Bobby Boswell (D), Kyle Reynish (G), Kenwyne Jones (A), Zach Loyd (D)

Atlanta a laissé une fort bonne première impression en étant dans le peloton de tête de l’Association tout au long de sa première saison en MLS, et il n’y a pas de raison que ça ne se poursuive pas cette année. Quelques bonnes acquisitions sont venues solidifier une bonne défense et un milieu de terrain redoutable. Ils sont sérieux en Géorgie.

Chicago

3e, 16-11-7, 55 points

Ils arrivent : Rafael Ramos (D), Aleksandard Katai (M)

Ils sont partis : Patrick Doody (D), John Goossens (M), Michael Harrington (D), Juninho (M), Joao Meira (D), Jorge Bava (G), Matt Lampson (G), David Accam (M)

À première vue, le Fire a perdu plus qu’il n’a gagné pendant la saison morte, mais ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose. L’équipe est presque entièrement la même que celle qui s’est classée troisième la saison dernière avec beaucoup d’expérience et un milieu de terrain intéressant, auquel on ajoute la surprise offensive nommée Nemanja Nikolic. Le Fire devrait se battre en première moitié de tableau.

Columbus

5e, 16-12-6, 54 points

Ils arrivent : John Kempin (G), Mike Grella (M), Eduardo Sosa (M), Gyasi Zardes (A), Milton Valenzuela (D), Ricardo Clark (M)

Ils sont partis : Waylon Francis (D), Rodrigo Savaria (M), Kekuta Manneh (A), Jukka Raitala (D), Ola Kamara (A), Justin Meram (M)

Le Crew est en transition en raison d’un avenir plus qu’incertain en Ohio. Il a perdu ses deux principales menaces offensives en Kamara et Meram ; Zardes et Grella sauront-ils compenser de manière convenable ? Le Crew va surtout s’appuyer sur sa défense et sur un bon système pensé par Gregg Berhalter pour se battre pour une place en séries.

D.C. United

11e, 9-20-5, 32 points

Ils arrivent : Frédéric Brillant (D), Darren Mattocks (A), Ulises Segura (M), Junior Moreno (M), David Ousted (G), Oniel Fisher (D), Yamil Asad (M), Chris Odoi-Atsem

Ils sont partis : Bill Hamid (G), Chris Rolfe (M), Deshorn Brown (A), Julian Buescher (M), Sean Franklin (D), Chris Korb (D), Lloyd Sam (M), Rob Vincent (M), Patrick Nyarko (M), Marcelo Sarvas (M)

On a donné un bon coup de balai bien nécessaire à Washington puisque l’équipe a terminé bonne dernière de l’association Est la saison dernière. Dans les buts, ça devrait aller avec Ousted, mais on se questionne un peu sur l’unité défensive. En attaque, l’arrivée de Yamil Asad devrait réveiller les troupes un peu. On imagine toutefois mal D.C. se faufiler en séries.

Montréal

9e, 11-17-6, 39 points

Ils arrivent : James Pantemis (G), Thomas Meilleur-Giguère (D), Jukka Raitala (D), Raheem Edwards (M), Cléent Diop (G), Jason Beaulieu (G), Michael Petrasso (D), Zakaria Diallo (D), Saphir Taïder (M), Jeisson Vargas (M)

Ils sont partis : Patrice Bernier (M), Shaun Francis (D), Andrés Romero (M), Eric Kronberg (G), Hassoun Camara (D), Hernan Bernardello (M), Ambroise Oyongo (D), Laurent Ciman (D), Blerim Dzemaili (M), Wandrille Lefèvre (D), Deian Boldor (D), Maxime Crépeau (G), Ballou Tabla (M), Nick DePuy (A)

L’arrivée d’un nouveau personnel d’entraîneurs est source d’espoir et ce n’est pas anodin parce que toute l’expérience de Rémi Garde sera nécessaire pour bâtir une stratégie gagnante au moins jusqu’à la période estivale de transfert. Parce qu’en attendant, il y a peu de profondeur dans cette équipe qui voit sa défense presque entièrement reconstruite avec les départs de six arrières, dont Laurent Ciman, Hassoun Camara et Ambroise Oyongo. L’arrivée de Saphir Taïder promet de solidifier et de dynamiser le milieu. Reste maintenant à voir si Matteo Mancosu va rebondir et si Anthony Jackson-Hamel va confirmer sa bonne saison 2017.

Nouvelle-Angleterre

7e, 13-15-6, 45 points

Ils arrivent : Cristian Penilla (A), Jalil Anibaba (D), Wilfried Zahibo (M), Gabriel Somi (D)

Ils sont partis : Benjamin Angoua (D), Xavier Kouassi (M), Je-Vaughn Watson (D), London Woodberry (D), Daigo Kobayashi (M), Gershon Koffie (M), Kei Kamara (A)

La principale vedette de l’équipe, Lee Ngyuen, veut partir, ce qui n’augure rien de bon pour les Revs, qui évoluent encore dans une indifférence relative en raison de leur situation géographique. Voilà une équipe peu inspirante qui n’invite pas à l’enthousiasme et qui risque de patauger dans les bas-fonds de l’association.

New York City FC

2e, 16-9-9, 57 points

Ils arrivent : Anton Tinnerholm (D), Saad Abdul-Salaam (D), Jesus Medina (M), Cedric Hountondji (D), Ismael Tajouri (A), Jo Inge Berget (A), Ebenezer Ofori (M), Sebastian Ibehaga (D)

Ils sont partis : Andrea Pirlo (M), R.J. Allen (D), Frédéric Brillant (D), Mikey Lopez (M), Jefferson Mena (D), Sean Okoli (A), Khiry Shelton (A), Jack Harrison (M)

De gros morceaux sont partis, mais Patrick Vieira a son équipe bien en main et devrait être capable de s’en remettre sans trop de difficulté. NYCFC joue un soccer attrayant et intelligent qui devrait lui permettre de flirter encore une fois avec le sommet de l’association. Il faudra maintenant s’assurer de ne pas s’effondrer en séries éliminatoires.

New York Red Bulls

6e, 14-12-8, 50 points

Ils arrivent : Stefano Bonomo (A), Florian Valot (M), Carlos Rivas (A), Tommy Redding (D), Amando Moreno (A), Marc Rzatkowski (M), Cristian Casseres Jr (M), Alejandro Romero Gamarra (M)

Ils sont partis : Sal Zizzo (D), Gideon Baah (D), Mike Grella (M), Dilly Duka (M), Dan Metzger (M), Gonzalo Veron (A), Damien Perrinelle (D), Sacha Kljestan (M)

C’est une sorte d’énigme, c’est le moins qu’on puisse dire. Il faut surtout voir à quel point le départ de Sacha Kljestan affectera la stabilité du milieu de terrain et si les nouveaux venus sauront le remplacer adéquatement. New York fait aussi confiance à plusieurs jeunes joueurs ayant grandi dans son système, ce qui peut devenir un atout, pour autant qu’ils s’adaptent rapidement au rythme de la MLS.

Orlando

10e, 10-15-9, 39 points

Ils arrivent : R.J. Allen (D), Stefano Pinho (A), Jose Villareal (A), Mohamed El-Munir (M), Josue Colman (M), Justin Meram (M), Sacha Kljestan (M), Oriol Rosell (M), Amro Tarek (D), Lamine Sane (D)

Ils sont partis : Kaká (M), Josh Saunders (G), Seb Hines (D), Antonio Nocerino (M), Giles Barnes (A), Kevin Alston (D), Leo Pereira (D), Carlos Rivas (A), Tommy Redding (D), Cyle Larin (A), Jose Aja (D)

Orlando a perdu deux gros morceaux en Kaká et Cyle Larin. Ils ont toutefois bien manœuvré pendant la saison morte, de sorte que la formation 2018 pourrait bien être celle qui se taille une place en séries pour la première fois depuis que le club s’est joint à la MLS, en 2015. Justin Meram et Sacha Kljestan vont certainement faire les délices des amateurs de foot de la Floride centrale.

Philadelphie

8e, 11-14-9, 42 points

Ils arrivent : David Accam (A)

Ils sont partis : Brian Carroll (M), Oguchi Onyewu (D), Giliano Wijnaldum (D), Roland Alberg (M), Maurice Edu (M), Charlie Davies (A), Chris Pontius (M)

Plus ça change, plus c’est pareil à Philadelphie. Une équipe sans trop de saveur, ni mauvaise ni très bonne. On se demande encore quel sera le caractère de cette formation qui a perdu plus de morceaux qu’elle n’en a gagné depuis la fin de la saison dernière. Jim Curtin devra faire des miracles pour permettre à ses hommes de lutter pour une place en séries.

Toronto

1er, 20-5-9, 69 points

Ils arrivent : Gregory van der Wiel (D), Auro (D), Caleb Patterson-Sewell (G), Ager Aketxe (M)

Ils sont partis : Raheem Edwards (M), Armando Cooper (M), Benoît Cheyrou (M), Tsubasa Endoh (A), Steven Beitashour (D), Jason Hernandez (D)

Toronto a certainement la formation comptant le plus de profondeur dans la MLS, et ce, à tous les postes. Les hommes de Greg Vanney n’auront eu que quelques semaines de repos entre leur conquête de la Coupe MLS au début décembre et le début de la phase finale de la Ligue des champions de la CONCACAF, la semaine dernière. Il faudra voir si la fatigue se manifestera en cours de route, car, sinon, tous les éléments sont réunis pour une défense réussie du championnat.