/weekend
Navigation

Un été de colère... et de crème glacée!

<i>Le garçon aux chiens</i></br>
Linda Amyot</br>
Leméac Éditeur, 122 pages, dès 14 ans
Photo courtoisie Le garçon aux chiens
Linda Amyot
Leméac Éditeur, 122 pages, dès 14 ans

Coup d'oeil sur cet article

Depuis le divorce de ses parents, Adrien ne veut plus rien savoir de son père. Sa mère et son frère font tout pour le convaincre de lui pardonner. Entre deux boules de crème glacée, la belle Laura et ses promenades avec les chiens de ses voisins, Adrien oubliera-t-il toute la colère qu’il éprouve envers son père ?

L’auteure, Linda Amyot, est parvenue à construire un héros à la fois complexe et attachant... Dès les premières lignes du roman, on ressent que les émotions qui habitent Adrien le « grugent ». Sa colère est si palpable... On en vient facilement à comprendre pourquoi elle assombrit toutes les autres choses qui pourraient être belles, dans sa vie.

Double déchirure

Avec le départ de son père et l’annonce de la vie secrète de celui-ci, Adrien a vécu une double déchirure, une vraie blessure qu’il ne croit pas encore prête à guérir. Alors qu’on tente de comprendre ce qui le bouleverse réellement, il s’ouvre et nous raconte, à son rythme, la terrible intimidation dont il a été victime.

Puis, arrive un soleil dans sa vie : Laura, la nouvelle employée de la crèmerie du coin ! L’amour, un peu plus fort chaque jour, le transformera et au final, se révélera être justement la parcelle d’espoir dont il avait grandement besoin pour laisser le passé derrière lui.

Romantique, mais réaliste

Le garçon aux chiens est un roman touchant et poignant, empreint de toute une gamme d’émotions qui nous projettent facilement dans la tête du jeune narrateur. Un bel exploit atteint par l’auteure, car même avec des thématiques telles que l’intimidation, l’homosexualité et l’éclatement familial, on remarque qu’il n’y a jamais de ton moralisateur. Et puis, de voir le personnage principal vivre son premier vrai amour, cela vient ajouter la petite touche de délicatesse nécessaire à ce récit.

Les jeunes pourront se reconnaître dans cette belle histoire d’amour. Romantique, oui, mais aussi très réaliste. Les plus grands, eux, souriront au souvenir de toute la magie qui s’est emparée d’eux, à l’époque de leur premier amour.

Un livre qui fait du bien parce que son histoire est authentique. C’est le parfait bouquin à dévorer en deux bouchées et à partager avec ceux qui nous tiennent à cœur... un peu comme un bol de crème glacée ; avec deux cuillères !

À lire aussi

Quand on était seuls

David A. Robertson, Illustrations de Julie Flett</br>
Éditions des Plaines, 28 pages</br>
À partir de 4 ans
Photo courtoisie
David A. Robertson, Illustrations de Julie Flett
Éditions des Plaines, 28 pages
À partir de 4 ans

Récipiendaire du prix littéraire du Gouverneur général 2017 (pour sa version originale, en anglais), Quand on était seuls est un album des plus charmants, mais qui aborde un sujet important. En donnant un coup de main à sa grand-mère pour jardiner, une fillette remarque chez celle-ci des caractéristiques physiques qui l’étonnent et piquent sa curiosité ! Pourquoi les cheveux de grand-maman sont-ils si longs et coiffés en tresses ? Puis, a-t-elle une raison pour porter des vêtements aux couleurs si éclatantes ? La mamie en vient à lui raconter sa jeunesse dans un pensionnat autochtone où on ne la laissait pas être celle qu’elle est réellement... Une histoire courte, mais vibrante, sur l’importance de ne jamais oublier ses racines.


BD Juliette à New York

D’après le roman de Rose-Line Brasset</br> 
Scénario de Lisette Morival et illustrations d’Émilie Decrock</br>
Éditions Hurtubise, 50 pages</br>
Dès 9 ans
Photo courtoisie
D’après le roman de Rose-Line Brasset
Scénario de Lisette Morival et illustrations d’Émilie Decrock
Éditions Hurtubise, 50 pages
Dès 9 ans

La série Juliette, de l’auteure québécoise Rose-Line Brasset, est un vrai succès sur toute la ligne : 250 000 exemplaires des huit premiers romans se sont écoulés jusqu’à maintenant ! Voir l’univers de la sympathique Juliette et de sa mère « globe-trotteuse » transposé dans une bande dessinée était donc un incontournable ! Pour briser la grisaille de l’hiver, cette BD est un excellent choix de lecture pour faire voyager notre esprit. Les adolescentes qui sont déjà des habituées des aventures de Juliette à travers le monde seront enchantées de redécouvrir le tout premier roman, Juliette à New York, sous un nouvel angle. Parce que passer une semaine de rêve dans la ville qui ne dort jamais, ça ne se refuse pas !


Biscuit et Cassonade aiment la cuisine

Caroline Munger</br>
Les Éditions de la Bagnole 32 pages</br>
À partir de 4 ans
Photo courtoisie
Caroline Munger
Les Éditions de la Bagnole 32 pages
À partir de 4 ans

En librairies depuis la semaine dernière, c’est avec un immense bonheur que petits et grands renouent avec les frères Biscuit et Cassonade ! Que nous réserve cet adorable duo de peluches cette fois-ci ? Eh bien, le voilà prêt à mettre la main à la pâte pour concocter un savoureux goûter afin de souligner la venue en ville de Miss Coco, la célèbre actrice qu’il a rencontrée à Paris. Au menu : une trempette, des sandwiches et un succulent gâteau... dont il manque déjà un morceau ! Mais qui a bien pu se sucrer le bec durant la nuit ? Toujours aussi magnifiques, les photographies nous transportent avec émerveillement page après page, dans ce nouveau récit tout aussi mignon que les binettes de Biscuit et, bien évidemment, de Cassonade !