/news/education
Navigation

Une école en plein air pour réclamer une vraie école sur le site de l’ancien Hôpital pour enfants de Montréal

Une école en plein air pour réclamer une vraie école sur le site de l’ancien Hôpital pour enfants de Montréal
COURTOISIE/GRAHAM SINGH

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs dizaines de personnes ont manifesté, samedi, en mi-journée, pour réclamer une école sur le site de l’ancien Hôpital pour enfants de Montréal situé à l’intersection Atwater et René-Lévesque, dans l’arrondissement de Ville-Marie.

L’événement baptisé «Où est notre école?» a été organisé par des organismes communautaires locaux dans le square Cabot à proximité du site de l’ancien hôpital, où les travaux de construction d’un méga complexe immobilier sont en cours.

L’an dernier, lors des consultations publiques sur le projet, des intervenants avaient demandé qu’une école primaire en soit partie intégrante et le promoteur Devimco Immobilier s’était dit ouvert à l’idée. Toutefois, après des négociations qui se sont étirées, Devimco a dû aller de l’avant avec le projet sans y prévoir d’école, laissant savoir récemment qu’il avait vendu 80 % de ses condos prévus sur le site et qu’il était trop tard pour inclure une école.

Réagissant à cela, vendredi, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, qui est aussi la mairesse de l’arrondissement de Ville-Marie, où le projet doit voir le jour, a déclaré qu’il était encore temps de trouver une solution et a invité les parties au dossier à s’asseoir et à reprendre les négociations. «Nous sommes en mode solutions», a souligné Geneviève Jutras, samedi, lors d’un entretien téléphonique, ajoutant qu’aucun développement n’avait eu lieu depuis la sortie de la mairesse, vendredi, et la manifestation de samedi.

«Il y a actuellement 406 élèves dans Peter-McGill qui doivent se rendre dans les quartiers voisins pour aller à l’école chaque jour, a expliqué Inter-action du quartier Peter-McGill, un des organismes ayant organisé la manifestation. Les promesses entendues au cours des dernières années concernant l’implantation d’une première école primaire publique dans le quartier n’ont pas encore porté leur fruit. Il est temps de prendre action et de montrer aux décideurs à quel point ce besoin est primordial pour la communauté.»

Pendant quelques heures, samedi, les manifestants ont donc occupé le square Cabot en tenant une «école nomade» avec, en plein air, des pupitres d’écoliers, des tableaux et autres objets d’une classe d’école.

Des parents, des enfants, des membres de la communauté ont participé à la manifestation, de même que la présidente de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), Catherine Harel Bourdon, la conseillère municipale pour le district de Peter-McGill, Cathy Wong, ainsi que la conseillère Sophie Mauzerolle.

«La prochaine étape est d’assurer une rencontre, le plus tôt possible, entre la CSDM, le ministère de l’Éducation, la Ville de Montréal et Philip Kerub (l’autre promoteur du site) et peut-être aussi Devimco, a indiqué Corey Gulkin, agente de communications pour Inter-action du quartier Peter-McGill. Il faut que tous ces acteurs travaillent ensemble pour trouver une solution pour notre communauté, principalement pour nos enfants! [...] Nous tenons toujours la pression sur ses acteurs et la veille stratégique sur l’enjeu.»