/news/currentevents
Navigation

Décès de la mère de Vito Rizzuto: une page est tournée pour la mafia montréalaise

Portée à son dernier repos, Libertina Manno a œuvré dans l’ombre pour sa famille

Nicolo Rizzuto
Photo d’archives, Reuters Libertina Manno (au centre), entourée de sa fille Maria Rizzuto et de son défunt mari, Nick, avait une large influence au sein de la famille. 

Coup d'oeil sur cet article

Le décès de la matriarche du clan Rizzuto, dont les funérailles auront lieu samedi, marque la fin d’une époque pour la mafia montréalaise, estiment des experts du crime organisé.

« C’était la dernière femme authentiquement italienne, à l’ancienne, fait remarquer l’auteur et spécialiste de la mafia, Pierre de Champlain. C’est une page d’histoire qui se tourne. »

Libertina Manno est née le 25 novembre 1926 dans un village rural de Sicile, Cattolica Eraclea, d’où étaient originaires plusieurs ténors du crime organisé italien de Montréal. Son père, Antonino, était un puissant chef de la mafia du coin.

Valeurs italiennes

« Elle a vécu une vie typiquement mafieuse. Elle n’a jamais fréquenté d’autres cercles sociaux », poursuit M. de Champlain, qui souligne ses valeurs italiennes traditionnelles qui ont teinté la famille.

Le mariage entre Nicolò (Nick) Rizzuto et Libertina dans les années 1940 a permis au futur homme fort des Siciliens à Montréal de faire son entrée dans la famille de la mafia.

« C’est Nicolò qui a fait la bonne affaire en mariant la fille d’un grand mafioso. Mais c’était un mariage basé sur le respect et elle était tenue en haute estime », affirme de son côté le professeur Antonio Nicaso, qui étudie la question du crime organisé italien.

La famille est arrivée au Canada en 1954 alors que Vito, leur fils et futur parrain n’avait que huit ans.

Pas une épouse ordinaire

Si Mme Manno n’était pas directement impliquée dans les activités criminelles de sa famille, elle n’était pas non plus complètement effacée, contrairement à d’autres épouses de mafieux.

« Elle a aidé plusieurs personnes financièrement à immigrer au Canada depuis son village natal », soutient Antonio Nicaso, auteur d’une trentaine de livres sur la Ndràngheta, la mafia calabraise, ennemie des Siciliens.

« Ce n’était pas une femme ordinaire », ajoute-t-il.

Pierre de Champlain suppose également qu’elle a pu s’impliquer pour régler des disputes familiales au sein du clan Manno-Rizzuto-Renda.

Selon nos informations, elle aurait aussi servi de messagère pour son fils alors qu’il était incarcéré aux États-Unis.

Au fil des décennies, elle a tout de même attiré l’attention des autorités. Au milieu des années 1990, elle a tenté de retirer 5 M$ de comptes bancaires en Suisse.

« Quand les enquêteurs l’ont interrogée, elle était forte et ne s’est jamais contredite », mentionne M. Nicaso.

Respectant l’omertà, elle a été libérée après avoir passé six mois derrière les barreaux sans qu’aucune accusation ne soit portée.

Son nom est également revenu dans l’Operazione Orso Bruno (Ours brun) de la Division des enquêtes antimafia (DIA) italienne, concernant les activités de blanchiment d’argent des Rizzuto.

Lors d’une conversation téléphonique avec un ami, en 2004, elle a évoqué la visite du maire de son village natal, Nino Aquilino, pour lui remettre ses certificats de naissance et de mariage.

Les enquêteurs ont supposé à l’époque que l’élu en a profité pour rencontrer le patriarche.

Avec la collaboration de Félix Séguin, Bureau d’enquête

Belle occasion pour les policiers

La course à la succession de l’ancien parrain de la mafia montréalaise Vito Rizzuto est encore floue. 
Photo d'archives
La course à la succession de l’ancien parrain de la mafia montréalaise Vito Rizzuto est encore floue. 

Les funérailles de l’épouse de Nick Rizzuto seront l’occasion pour les policiers de prendre le pouls des luttes intestines au sein de la pègre italienne.

Deux experts pensent que la mafia montréalaise est toujours gangrenée par les guerres de succession depuis la vague de purges contre le clan, et que les autorités seront présentes en grand nombre pour se mettre à jour.

« Il y en a qui ont une vision monarchique de la mafia, comme autrefois, alors que d’autres groupes sont en faveur d’une approche plus démocratique, détaille le professeur Antonio Nicaso. Mais c’est clair qu’il n’y a pas d’autre Vito Rizzuto à l’horizon. »

Tension

« Il y a encore beaucoup de tensions entre les différentes factions et il n’y a pas vraiment de leader qui fait consensus », explique Pierre de Champlain.

En manque de chefs capables de s’affirmer autant ici qu’à l’étranger, la pègre italienne montréalaise aurait perdu de son lustre au cours des dernières années.

« La mafia actuelle est réduite à l’état d’un gang, plaide M. de Champlain. Il y a eu tellement de pertes. Elle est exsangue et désorganisée. »

Depuis le tournant du siècle, le clan Rizzuto, et Libertina Manno ont été ébranlés par la purge probablement menée de front par les Calabrais.

Son petit-fils Nicolò (Nick Jr) est mort abattu dans sa voiture, en 2009, puis son mari, dans leur résidence, à travers la porte patio, en 2010. Ajoutons la disparition toujours non élucidée de son gendre, Paolo Renda, marié à sa fille Maria Rizzuto, la même année.

Finalement, son fils aîné Vito est décédé de causes naturelles en 2013, après un long séjour en prison aux États-Unis.