/sports/jo
Navigation

«J’ai eu beaucoup de peine et j’ai eu peur»: Kim Boutin revient avec émotion sur les menaces de mort qu’elle a reçues à Pyeongchang

«J’ai eu beaucoup de peine et j’ai eu peur»: Kim Boutin revient avec émotion sur les menaces de mort qu’elle a reçues à Pyeongchang

Coup d'oeil sur cet article

La patineuse de vitesse Kim Boutin est revenue de Pyeongchang avec trois médailles au cou, devenant ainsi la Canadienne la plus décorée des Jeux.

Mais rappelons qu’après la joie d’une première médaille de bronze inattendue à la suite de la disqualification de la Coréenne lors de la finale du 500 mètres, l’athlète a reçu des menaces et une pluie d’insultes de partisans locaux sur les réseaux sociaux.

Elle était sur le plateau de «Tout le monde en parle» dimanche et est revenue sur cet épisode difficile.

Voici 9 citations à retenir de son entrevue:

1. «J’avais pris la décision d’aller aux Jeux sans réseaux sociaux. Je suis assez sensible dans la vie.»

2. «Après la course et l’obtention des résultats, les gens m’ont averti [des commentaires négatifs que la sportive recevait par centaines], je ne savais pas l’ampleur des messages que j’avais reçus.»

3. «J’ai appris que c’était des menaces de mort. J’ai pleuré. Je ne peux pas vous cacher que c’était très difficile.»

4. «Je veux tellement que les gens m’aiment... Je ne voulais pas créer de chicane. J’ai eu beaucoup de peine.»

 

5. «J’ai eu peur pour ma sécurité. Même si on me disait que la GRC était là et qu’on me disait que je ne devais pas avoir peur, j’avais des craintes.»

6. «C’est un sport qui est arbitré et les règles sont assez claires. La Coréenne Choi Minjeong est entrée dans mon corridor.»

7. «Lors de ma remise de cette médaille, je n’étais pas sûre que j’étais heureuse. J’ai l’air d’avoir peur.»

 

8. «Quand j’ai reçu mes médailles, je suis allée voir Choi et je l’ai prise dans mes bras.»

 

9. «On est tous des êtres humains, on n’a pas besoin de recevoir des insultes comme ça.»


Kim Boutin était entourée des médaillés olympiques québécois Samuel Girard, Maxence Parrot et Sébastien Toutant sur le plateau de Tout le monde en parle.