/opinion/columnists
Navigation

Jeter Barrette par-dessus bord?

GEN - GAETAN BARRETTE
Photo Martin Alarie Gaétan Barrette, ministre de la santé

Coup d'oeil sur cet article

Imaginez que vous êtes Philippe Couillard, que vous pilotez une montgolfière et que vous participez à un concours.

La montgolfière qui monte le plus haut.

Vous essayez de prendre de l’altitude, mais vous ne pouvez pas.

Soudainement, vous voyez Gaétan Barrette, assis dans un coin de la nacelle.

Le lancez-vous par-dessus bord pour monter ?

Jeter du leste

C’est la question que se pose Philippe Couillard ces jours-ci.

S’il ne se débarrasse pas de son ministre de la Santé, le premier ministre risque de perdre la course au profit de la CAQ — qui elle, est poussée par le vent et ne cesse de grimper.

Mais s’il le jette par-dessus bord, il avoue que son ministre n’a pas livré la marchandise et que sa réforme qui était censée tout changer est un échec.

Donc, que le système de santé est encore tout croche après quatre années passées au pouvoir.

Alors, vous feriez quoi, vous ?

D’un côté comme de l’autre, le PM est cuit.

Ou il continue avec Barrette, et il n’arrivera jamais à grimper significativement dans les sondages.

Ou il sacrifie son ministre de la Santé, et il avoue publiquement s’être trompé.

Monsieur Couillard n’a pas vraiment le choix.

Il est obligé de garder Gaétan Barrette dans sa nacelle, même si le ministre pèse (très) lourd.

Vous imaginez le PM dire haut et fort que la réforme de la Santé, qui était l’un des fers de lance de son gouvernement, est dans les faits un lamentable fiasco ? À quelques mois seulement des élections ?

Ça serait suicidaire.

J’imagine qu’il va continuer de réitérer sa confiance dans son ministre en disant : « Vous verrez, soyez patients, les améliorations s’en viennent, nous récolterons bientôt ce que nous avons semé, après tout, un système de santé n’est pas un vélo, ça ne tourne pas sur un dix cennes... »

Le vrai chef

Et puis, il a beau en mener large, Gaétan Barrette n’est quand même pas chef du gouvernement !

Ses décisions — même les plus controversées — ont toutes été entérinées par Philippe Couillard.

Désavouer publiquement son ministre équivaudrait, pour le premier ministre, à se désavouer lui-même.

D’autant plus que Gaétan Barrette n’a jamais caché son malaise face à l’entente négociée entre le Conseil du Trésor et la Fédération des médecins spécialistes du Québec. Si ça ne tenait qu’à lui, il se serait montré moins complaisant envers ses anciens confrères...

C’est surtout Philippe Couillard qui a plié les genoux devant la FMSQ pour acheter la paix et tourner la page.

Le taureau

Un petit mot en terminant sur la fameuse « arrogance » du ministre...

Je suis sûr que si la réforme du système de santé avait été un succès sur toute la ligne, les Québécois lui auraient pardonné d’avoir utilisé la manière forte.

« On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs », comme dit le proverbe. Surtout quand on fait affaire avec des corporations et des syndicats aussi puissants...

Mais voilà, ce n’est pas le cas. Jour après jour, des infirmières dénoncent leurs conditions de travail.

Avec le résultat que la « détermination » du ministre Barrette passe pour du mépris et un manque flagrant d’empathie.

Décidément, ça regarde mal pour la montgolfière libérale...