/lifestyle/health
Navigation

La bonne technique de course... c’est la vôtre

Beautiful happy active runner girl jogging with her personal handsome trainer on a snowy road in nature.
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Il m’arrive de me demander si ces coureurs que je croise se soucient du regard des autres.

Je me questionne à savoir si le jugement d’autrui amène les adeptes de course à vouloir modifier ce qu’ils ont ou ce qu’ils sont en tant que coureurs : leurs vêtements, leur allure, etc. Pourtant, la course est si belle dans sa simplicité... elle devrait l’arborer tout le temps. En partant de cette réflexion, j’ai eu envie de vous entretenir de la technique de course qui vous permettra d’avoir l’air de ce que vous êtes vraiment.

Au début de ma pratique, il y a déjà 15 ans, je m’efforçais de corriger d’une manière très rigoureuse chacun des pas de course de mes protégés. Le problème c’est qu’il y a 15 ans la technique de course enseignée était bien différente de ce que l’on préconise aujourd’hui. Oups...

Maintenant, avec tout autant de professionnalisme et d’intérêt scientifique, mais avec beaucoup plus d’expérience, je relativise. Mon intervention est davantage en lien avec la personne plutôt qu’avec la théorie.

Prioritairement, il ne faut pas perdre de vue qu’en pratiquant le jogging, l’humain contribue probablement à améliorer sa santé ou à la maintenir en bon état. Voilà qui est déjà beaucoup.

De plus, si un coureur pratique son sport sans douleur ni inconfort, et que sa vitesse de course lui convient, sa technique est absolument parfaite, « parfaite-pour-lui ». Je l’incite fortement à poursuivre son chemin (de course) en ne changeant rien à ses habitudes, et il ne me reste qu’à lui souhaiter d’avoir du plaisir à courir encore longtemps.

D’autre part, si le jogging provoque de l’inconfort, de la douleur et/ou que le coureur ne parvient plus à améliorer sa vitesse par des méthodes d’entraînement connues, je lui suggère de revoir certaines choses.

Dans une perspective d’optimisation de la technique, visant à une diminution des risques de blessures et d’amélioration de votre vitesse pour un même effort physiologique, appliquer ces quelques conseils de base pourra aider :

  • Courir souvent. De quatre à six fois par semaine.
  • Avoir une cadence se situant entre 170 et 190 pas par minute.
  • Courir en tentant de faire le moins de bruit possible au sol.
  • Revoir son type de chaussure.

Ces conseils devraient graduellement vous amener vers une technique favorisant un stress mécanique amélioré et, par le fait même, une diminution du risque des blessures.

La formule magique

Faible risque de blessures + Bonheur = Technique de course parfaite

Si ceci ne convient pas, je vous suggère de consulter un professionnel en matière d’activité physique, soit un kinésiologue ou un autre diplômé universitaire en santé qui se spécialise en course à pied.

Voilà, bonne course technique ou technique de course !