/entertainment/movies
Navigation

La version originale de «La petite Aurore, l’enfant martyre» restaurée

Coup d'oeil sur cet article

L'histoire a profondément marqué le Québec dans les années 20, et encore aujourd'hui, elle suscite l'indignation.

La petite Aurore Gagnon, l'enfant martyre, a subi des sévices inimaginables et son histoire a été racontée au cinéma plus d'une fois.

Le film de 1952 a été restauré et est présenté à Québec, à quelques pas seulement de la cellule où a été emprisonnée la marâtre.

Plusieurs années plus tard, Yvonne Laflamme se souvient encore du rôle qui a changé sa vie.

«Je me suis aperçue que c'était devenu vraiment un film très important. Même une fois grande, les gens me reconnaissaient dans l'autobus. “Ah, c'est toi, Aurore. Pauvre petite!” Et là, j'étais obligée d'expliquer: “Mais non, c'était un jeu!”», raconte-t-elle.

66 ans plus tard, Yvonne Laflamme est de passage à Québec pour présenter à nouveau sur grand écran le film qui a été complètement restauré. Le long métrage est présenté au Musée national des beaux-arts du Québec, sur le site de l'ancienne prison de Québec. C'est d'ailleurs à cet endroit que la belle-mère d'Aurore a purgé une partie de sa peine.

«Elle devait être pendue le 1er octobre 1920, mais elle était enceinte. On attendait donc qu'elle accouche et, finalement, elle a eu des jumeaux à l'infirmerie. La pression populaire a fait en sorte qu'on a changé sa sentence pour un emprisonnement à vie», explique Mirka Maltais, guide animatrice du MNBAQ.

Même si l'histoire datera bientôt d'une centaine d'années et que le tournage a eu lieu dans les années 50, le film restera à jamais un moment marquant dans la vie de la comédienne.

D'après un reportage de Pascale Robitaille.