/world/pacificasia
Navigation

L'Australie dénonce les dangers de la guerre commerciale

US-POLITICS-TRUMP
AFP

Coup d'oeil sur cet article

SYDNEY, Australie | Le gouvernement australien a mis en garde dimanche contre l'éventualité d'une guerre commerciale qui pourrait ralentir la croissance mondiale en demandant à être exempté des taxes annoncées par le président américain Donald Trump sur l'acier et l'aluminium.

«Nous avons entendu ces dernières 48 heures des commentaires du Canada, de l'Union européenne. Nous avons vu le gouvernement américain revenir en arrière au sujet de taxes sur les importations de voitures», a déclaré le ministre australien du Commerce Steve Ciobo sur Sky News Australia.

«Ce qui me préoccupe, si nous voyons la poursuite de l'escalade dans la rhétorique, et au bout du compte, l'imposition de taxes sur les importations et exportations à travers de multiples économies, c'est que cela provoque le ralentissement de la croissance».

Le président américain a affirmé jeudi qu'il allait rapidement annoncer l'imposition de droits de douane de 25% sur l'acier et 10% sur l'aluminium importés par les États-Unis.

Un haut responsable de l'administration américaine a précisé qu'aucun pays ne serait exempté, évoquant cependant «un processus d'exemption» pour d'éventuels cas particuliers.

M. Ciobo a déclaré qu'il s'était entretenu samedi avec son homologue américain Wilbur Ross sans obtenir d'exemption. Mais «au bout du compte, la décision appartiendra au président», a-t-il ajouté.

L'acier et l'aluminium australiens ne représentent qu'une petite partie des importations américaines, selon Canberra. Mais l'industrie locale craint d'être inondée par l'acier bon marché initialement destiné aux États-Unis.

M. Ciobo s'est refusé à dire si l'Australie entendait prendre des mesures de représailles, déclarant simplement que de manière générale, les taxes ne relevaient pas «du bon sens politique».

L'Union européenne a déclaré qu'elle préparait des mesures de rétorsion sur des entreprises dont le constructeur de motos Harley-Davidson, le whiskey bourbon et le fabricant de jeans Levi's.

Puis, M. Trump est encore monté d'un cran en évoquant une taxe sur les importations de voitures européennes.

Le premier ministre australien Malcolm Turnbull a déclaré dimanche que les taxes douanières étaient «une impasse». «Le protectionnisme n'est pas l'échelle qui permet de sortir du piège de la faible croissance, c'est la pelle qui l'aggrave».