/opinion/columnists
Navigation

Mourir de jeunesse

Coup d'oeil sur cet article

Je ne la connaissais pas, mais quand j’ai appris qu’Athena Gervais, 14 ans, avait été retrouvée morte au fond d’un ruisseau derrière son école, j’ai eu l’impression de recevoir un coup de poing dans l’estomac.

L’enquête sur les causes de son décès n’est pas terminée, mais tout pointe en direction d’un accident à la suite d’une consommation d’alcool.

Depuis, je pense souvent à ses parents qui lui ont donné un si joli nom. Athéna, fille de Zeus, déesse grecque de la sagesse et des arts, mais aussi de la guerre et des armes. Une double personnalité.

Chercher la cause

Les parents d’Athena, version Gervais, savaient-ils que leur belle jeune fille souriante avait un autre visage, celui de la rébellion adolescente, et qu’elle buvait du FCKDUP volé au dépanneur, le midi, à l’école ?

J’en doute.

Couche-Tard a cessé de vendre cette boisson fortement alcoolisée qui s’adresse aux jeunes, et c’est tout en son honneur, mais si les ados volent des opioïdes dans la pharmacie de grand-maman, qu’est-ce qui les arrêtera de piquer de la vodka ou de la tequila dans le bar de leurs parents ?

Juste à remplacer l’alcool volé par de l’eau, et l’affaire est ketchup. Je le sais, je l’ai fait à l’âge d’Athena. Je ne voulais plus boire le Saint-Georges de mes amis, un « vin » canadien vendu au gallon juste bon à faire du caribou. Et encore.

Ce qu’on peut être nono quand on est jeune. C’est un miracle qu’autant survivent à l’adolescence. C’est mon cas.

J’ai lu sur les réseaux sociaux des commentaires ahurissants de gens qui blâment la jeune fille pour son comportement et ses parents d’avoir été trop permissifs. Taisez-vous, malheureux. Plongez dans vos souvenirs : jeune et insouciant, c’est la norme.

Cohen chantait qu’il n’y a pas de remède contre l’amour. Il n’y a pas de remède contre l’adolescence non plus, outre le temps et des parents aimants qui font de leur mieux. Mais on ne peut pas les attacher, ces jeunes. Ils feront des erreurs. Mais certains, comme Athena, n’y survivront pas.

Quelle tragédie.

Chercher des coupables

Ce qui ne veut pas dire que personne n’est à blâmer. La porte de la clôture qui mène au ruisseau devait être fermée en tout temps. La topographie montre clairement que l’endroit était dangereux. Pas besoin d’avoir bu pour tomber, surtout en hiver.

Des élèves ont dit aux journalistes que la porte était pas mal tout le temps ouverte. Un adulte, quelque part, avait la responsabilité de la garder fermée et a peut-être été négligent. Mais qui dit que des ados futés n’avaient pas trouvé le moyen de l’ouvrir pour rentrer plus vite chez eux ?

Par contre, toute leur vie, les amis d’Athena auront sur la conscience de l’avoir laissée seule dehors dans son état. De ne pas avoir averti un adulte, sans doute pour ne pas la stooler, un réflexe adolescent normal. Mais au secondaire, un jeune devrait savoir qu’il faut porter assistance à une personne en détresse.

Si on meurt souvent de vieillesse, Athena Gervais, elle, est morte de jeunesse.

Dors, Athena, dors doucement.