/investigations/health
Navigation

Le gouvernement a versé 111 millions $ en «primes réunion» aux médecins depuis trois ans

Coup d'oeil sur cet article

Les médecins québécois ont touché plus de 111 millions $ depuis trois ans pour participer à des réunions et comités pour lesquels ils sont payés jusqu’à 200 $ de l’heure.

Ces « primes réunion » ont été créées en 2013 dans la foulée des augmentations de rémunération consenties aux médecins.

Contrairement à eux, les autres professionnels autour de la table n’ont droit à aucune prime et doivent se contenter de leur salaire horaire qui est beaucoup moins élevé.

Ces avantages s’ajoutent à d’autres primes révélées par notre Bureau d’enquête dans les dernières semaines :

Les « primes réunion » ont été négociées par l’ancien ministre Réjean Hébert et l’actuel ministre de la Santé, Gaétan Barrette, qui était alors à la tête de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ).

<b>Gaétan Barrette</b></br>
<i>Ministre de la Santé</i>
Photo courtoisie
Gaétan Barrette
Ministre de la Santé

Elles ont même fortement augmenté en trois ans. Pour les médecins spécialistes, elles sont ainsi passées de 150 $ de l’heure au début de 2014 à 175 $ en 2015 et 200 $ de l’heure en 2016.

« Payés pour dîner »

On retrouve deux types de primes réunion.

D’abord, tant les spécialistes que les omnipraticiens peuvent réclamer une prime dès qu’ils participent à des réunions qui regroupent plusieurs professionnels de la santé pour discuter des dossiers de patients.

Certaines de ces réunions se déroulent sur l’heure du dîner. « Ce n’est pas donné à tout le monde d’être payé pour dîner », ironise un médecin qui a droit à cette prime.

74 comités

Un deuxième type de « primes réunion » concerne uniquement les spécialistes. Ces derniers peuvent réclamer 200 $ de l’heure pour une série de 74 comités réunis sous le terme des « activités médico-administratives ».

Comité de la bibliothèque, comité des plaintes, comité de la gestion des lits, attribution des bourses ; tout y passe.

Au ministère, on dit que l’argent sert à faire participer davantage les médecins à ces différents comités.

« Ces modalités de rémunération ont été mises en place afin de favoriser la participation des médecins spécialistes dans la gouverne et la performance du réseau de la santé ainsi que dans l’organisation hospitalière », indique la porte Marie-Claude Lacasse par courriel.

Les 2 types de « primes réunion »

1. Réunions multidisciplinaires

Réunit un ou des médecins avec au moins deux autres professionnels comme des infirmières, pharmaciens, ergothérapeutes, etc.

Pour les médecins spécialistes

  • Chaque spécialiste présent a droit à 200 $ de l’heure. Il doit être présent durant un minimum de 60 minutes sinon il n’est pas payé. Si la réunion dure plus longtemps, il a droit à 50 $ par 15 minutes supplémentaires.
  • Un spécialiste ne peut réclamer plus de 40 heures de réunions multidisciplinaires par année. Une limite est également établie à 1 h 45 par jour.

Pour les omnipraticiens

Chaque omnipraticien présent a droit à 23,78 $ par tranche de 15 minutes.

Il n’y a pas de réclamation maximum par année dans le cas des omnipraticiens. Cette prime peut également être facturée lorsque le médecin généraliste discute avec les proches du patient.

2. Activités médico-administratives

S’applique aux médecins spécialistes qui participent à l’un ou l’autre des 74 comités répertoriés dans le manuel de facturation.

  • Chaque médecin présent a droit à 200 $ de l’heure.
  • Un nombre maximal d’heures par année a été établi selon le type de comité. Un médecin ne peut pas réclamer plus de 3,5 heures par jour pour les réunions de comités.

Quelques exemples de comités payés 200 $ de l’heure

  • Comité d’examen des titres
  • Comité de discipline
  • Comité des usagers
  • Attribution des bourses
  • Comité de dossiers/archives
  • Comité de gestion centrale des rendez-vous
  • Comité de réanimation
  • Comité sur la qualité du triage à l’urgence

Le quart de ce que touchent les médecins

Même s’ils sont aussi des professionnels de la santé, les pharmaciens qui participent aux réunions ou comités de leur établissement ne touchent aucune prime contrairement aux médecins.

« Non, il n’y a pas de montant spécifique », indique la directrice générale de l’Association des pharmaciens d’établissements de santé du Québec, Linda Vaillant.

<b>Linda Vaillant</b></br>
<i>Association des pharmaciens</i>
Photo courtoisie
Linda Vaillant
Association des pharmaciens

Ses membres n’ont droit qu’à leur salaire horaire lors de ces réunions, qui varie entre 39,92 $ et 50,41 $. C’est donc dire que dans le meilleur des cas, les pharmaciens ne touchent que le quart du montant versé aux médecins spécialistes qui siègent à la même table.

La situation est semblable pour les infirmières et autres professionnels de la santé qui participent aux réunions.

Pas payés en argent

Encore plus surprenant, les pharmaciens qui participent aux réunions en faisant du temps supplémentaire n’ont pas le droit de réclamer ces heures en argent.

Ils doivent reporter ces heures supplémentaires dans une banque de temps, sauf pour de rares autorisations spéciales.

Linda Vaillant est surprise de ce qu’ont obtenu les médecins, d’autant plus que les négociations des pharmaciens traînent en longueur depuis 2015.

Une entente de principe est intervenue récemment. Ironiquement, le gouvernement leur doit aussi de l’argent pour les années passées comme c’était le cas pour les médecins spécialistes.

Montants versés par année pour des réunions et comités

2014-2015: 35,6 M$

2015-2016: 37,7 M$

2016-2017: 38,2 M$

► Total: 111,3 M$