/news/society
Navigation

«J'ai des millions en jeu et je suis prêt à mettre ça à la poubelle», dit le producteur de la boisson FCKD UP

 Aldo Geloso, président de la compagnie Geloso
Capture d'écran, TVA Nouvelles Aldo Geloso, président de la compagnie Geloso

Coup d'oeil sur cet article

Le président de la compagnie Geloso, qui produit la boisson alcoolisée FCKD UP, estime avoir pris la bonne décision en retirant le produit de la vente, quelques jours après le décès d’une adolescente qui avait consommé la boisson à forte teneur en alcool.

En entrevue avec TVA Nouvelles, Aldo Geloso a affirmé que la réflexion sur la décision de cesser de commercialiser la boisson FCKD UP a été entamée la semaine dernière.

«La semaine passée, on avait déjà coupé les publicités mercredi et jeudi. J’ai envoyé un courriel vendredi pour arrêter toute la production», a-t-il affirmé en entrevue à TVA Nouvelles.

Pour l’instant, la compagnie Geloso n’est pas en mesure de dire combien de cannettes de FCKD UP sont toujours en vente chez les différents détaillants et, surtout, combien de temps cela va prendre pour les retirer des tablettes.

«Des semaines, peut-être un petit peu plus, mais on travaille dessus», a admis M. Geloso, qui dit être en contact avec ses représentants dans la province.

M. Geloso ne voulait pas avoir à commercialiser ce type de produit. «Quand les produits sont rentrés sur le marché québécois, j’ai essayé de convaincre les détaillants de ne pas le prendre en donnant un peu l’historique de ce que ce produit-là représentait, avec ce que ç’a fait dans les médias pendant les années 2010 avec Four Loko», explique le président.

Devant la demande croissante et devant les ventes en hausse de la boisson Four Loko, il a été forcé de s’admettre vaincu et a cédé aux pressions. «Le produit était tellement populaire, les gens le voulaient. Je n’ai pas gagné», a-t-il dit.

«J’ai perdu la première bataille, d’essayer de les convaincre de ne pas référencer le produit au Québec. Je devais suivre. On vient de faire un investissement de 30 millions de dollars pour nos marchés panaméricains et il fallait que je protège les emplois ici», a ajouté M. Geloso.

Après la mort d’Athéna Gervais, la décision de cesser de distribuer le produit a été tout autre. «C’était la bonne décision de sortir de cette catégorie-là. Je me sens perturbé, mais perturbé pour les bonnes raisons. [... ] J’ai des millions de dollars en jeu et je suis prêt à mettre tout ça à la poubelle», a insisté M. Geloso.

L’homme d’affaires souhaite que des produits comme FCKD UP et Four Loko ne se retrouvent plus jamais sur les tablettes québécoises.

«Je voulais que ça arrête ici. On sait qu’aux États-Unis, le marché est plus libre. Ici, on est capable d’arrêter des choses. On peut s’arrêter, les détaillants ont une force, c’est incroyable», a-t-il souligné.