/news/green
Navigation

Le manque de neige se fait sentir en Estrie pour la relâche

Le manque de neige se fait sentir en Estrie pour la relâche
Capture d'écran TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

Les centres de ski ont dû redoubler d'efforts pour préserver un couvert de neige. Malgré tout, la neige fait place au gazon dans les Cantons de l'Est, une situation loin d'être idéale pour la semaine de relâche.

Au mont Orford, le stationnement était bondé, lundi. La surface était granuleuse, mais les skieurs étaient quand même au rendez-vous.

«Depuis quelques semaines, c'est du ski de printemps. C'est idéal pour les petites familles. Les gens sont souvent à la dernière minute. S'il fait beau, ils viennent, sinon c'est autre chose», explique Mélanie Morier, de la station Mont-Orford.

Ailleurs, le sentier glacé de Magog est sur l'asphalte à de nombreux endroits. Les glissades et les patinoires de la région sont fermées. Les familles doivent faire preuve d'imagination pour trouver un plan B.

Jeux modulaires, jeux gonflables, piscine et spa, le Chéribourg, à Orford, tire son épingle du jeu. Habituellement plein durant la semaine de relâche, l'hôtel est occupé à 70 % cette année.

«Nous sommes très proches du mont Orford. Donc quand c'est fermé ou que les conditions météo sont mauvaises, on le sent. C'est aussi pour ça qu'on a aménagé la salle de jeux», explique Isabelle Côté, coordonnatrice aux groupes au Chéribourg.

Chez St-Hubert à Magog, les conséquences économiques se font sentir. Le chiffre d'affaires augmente habituellement de 15 000 à 25 000 $ pendant cette semaine, mais pas cette année.

«Les activités extérieures ne fonctionnent pas, les gens se demandent quoi faire, ça ne nous aide pas. C'est plate, car le monde compte là-dessus. Donc on espère que ça va se rétablir», explique Caroline Proulx, propriétaire du restaurant St-Hubert de Magog.

La relâche scolaire a un impact économique important dans les Cantons de l'Est. Cela représente 350 000 visiteurs, 25 % du chiffre d'affaires des centres de ski, et 10 millions $ en retombées économiques.

À défaut de jouer dans la neige, de nombreuses familles privilégient les activités intérieures comme par exemple le cinéma, le Laser Plus, les quilles ou le Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke.